Bon Ebit pour Ericsson, qui juge que la crise pèse sur le marché

vendredi 24 juillet 2009 10h25
 

STOCKHOLM (Reuters) - L'équipementier télécoms suédois Ericsson publie un bénéfice opérationnel ajusté plus élevé qu'attendu mais déclare que l'impact de la crise économique sur son marché clé des réseaux mobiles est devenu plus notable.

Il a fait état d'un résultat opérationnel de 6,9 milliards de couronnes suédoises (648 millions d'euros) au deuxième trimestre, hors charges de restructuration et sans prendre en compte ses coentreprises déficitaires.

Ce chiffre dépasse le consensus d'analystes établi par Reuters, de 6,0 milliards de couronnes et les 4,7 milliards enregistrés un an lus tôt.

"C'est un peu mélangé. Du côté des facteurs négatifs, nous avons des commentaires prudents sur l'environnement macroéconomique - cela va être remarqué et devrait être considéré comme un signe d'avertissement pour le restant de l'année", a déclaré Thomas Langer, analyste chez West LB.

"Du côté positif, nous avons les marges, meilleures que prévu. Cela compense les ventes légèrement moins bonnes qu'attendu".

La marge brute ressort à 36,3% en avril-juin, supérieure au consensus d'analystes de 35,7%, mais inférieure au chiffre de 37,0%, un an plus tôt.

Le chiffre d'affaires trimestriel du groupe a crû à 52,1 milliards de couronnes, contre 48,5 milliards un an plus tôt et un consensus d'analyste légèrement supérieur, à 52,9 milliards.

Cependant, à périmètre comparable et hors effets de change, le CA recule de 3%, précise le suédois.

"Les effets du climat économique mondial sur le marché des infrastructures mobiles sont désormais plus notables, surtout sur des marchés avec des devises sous pression et un environnement de crédit plus dur", a déclaré le directeur général d'Ericsson, Carl-Henric Svanberg.   Suite...

 
<p>Le directeur g&eacute;n&eacute;ral d'Ericsson, Carl-Henric Svanberg. L'&eacute;quipementier t&eacute;l&eacute;coms su&eacute;dois affiche un b&eacute;n&eacute;fice op&eacute;rationnel ajust&eacute; plus &eacute;lev&eacute; qu'attendu mais pr&eacute;vient que l'impact de la crise &eacute;conomique sur son march&eacute; cl&eacute; des r&eacute;seaux mobiles est devenu plus notable. /Photo prise le 25 juin 2009/REUTERS/Bob Strong</p>