Orascom, rival d'Orange en Egypte, veut s'installer en France

lundi 20 juillet 2009 08h39
 

PARIS (Reuters) - Orascom Telecom, concurrent de France Télécom en Egypte pour le contrôle de l'opérateur mobile Mobinil, veut s'implanter dans l'Hexagone par des acquisitions ou des partenariats, indique lundi son président dans un entretien accordé au Figaro.

"Nous sommes ouverts à toutes les combinaisons: acquisitions, fusions, alliances, partenariats", déclare Naguib Sawiris, qui précise qu'il ne fera rien de "contraire" aux intérêts de la France.

Le président d'Orascom précise qu'il pourrait aussi s'allier à un candidat à la quatrième licence mobile française.

Mobinil, premier opérateur mobile égyptien en termes d'abonnés, commence à souffrir du conflit entre France Télécom et Orascom, a jugé son président.

"La société Mobinil commence à être pénalisée sur le terrain par cette mésentente d'actionnaires", a indiqué Naguib Sawiris.

La cour d'arbitrage de la chambre de commerce internationale a condamné le 10 mars dernier Orascom à vendre à France Télécom sa participation de 28,75% dans la holding Mobinil pour l'équivalent de 530 millions d'euros, afin de clore un différend entre les deux partenaires qui dure depuis 2007.

Cette décision, une fois appliquée, permettra au groupe français de détenir 100% de la holding Mobinil, laquelle détient 51% de l'opérateur mobile ECMS (Egyptian Company for Mobile Services), coté à la Bourse du Caire.

France Télécom a formulé trois offres - toutes rejetées par l'autorité des marchés égyptiens - sur les minoritaires d'ECMS, constitués d'une participation directe de 20% d'Orascom et d'un flottant de 29%.

France Télécom et Orascom, qui avaient un signé leur partenariat dans la holding égyptienne en août 2001, étaient en désaccord sur la stratégie, notamment en termes de marketing et de développement des services de téléphonie mobile de troisième génération (3G).

Julien Ponthus, édité par Gilles Guillaume