Microsoft va lancer une version en ligne gratuite d'Office

lundi 13 juillet 2009 16h10
 

par Jim Finkle

BOSTON (Reuters) - Microsoft lancera au premier semestre 2010 une version en ligne gratuite de sa suite Office, se mettant ainsi à la page face à Google, dont des produits similaires existent déjà depuis trois ans.

La suite bureautique Office 2010, succédant à la version 2007, proposera ainsi les versions en ligne gratuites des logiciels Word, Excel, Powerpoint et Onenote, soit les quatre applications de la version familiale de la suite Office que Microsoft vend avec succès 150 dollars.

C'est la dernière escarmouche en date entre Microsoft et Google, lequel a lancé la semaine dernière son système d'exploitation libre Chrome, qui se pose en concurrent futur de Windows.

Microsoft pour sa part a inauguré en juin Bing, un nouveau moteur de recherches qui a réussi à reprendre une petite part de marché à Google.

"La position de Microsoft est délicate... Il donne gratuitement un produit compétitif", observe Sheri McLeish, analyste de Forrester Research.

La division Office a dégagé un bénéfice d'exploitation de 9,3 milliards de dollars et réalisé un chiffre d'affaires de 14,3 milliards de dollars sur neuf mois de l'exercice fiscal en cours de Microsoft.

McLeish pense cependant que Microsoft prendra l'ascendant sur Google sur le segment bureautique, les centaines de millions d'usagers d'Office se pressant sur la toile pour essayer la version gratuite.

Microsoft tentera d'en tirer de l'argent en faisant d'Office en ligne une plate-forme redirigeant l'usager vers ses sites aux liens sponsorisés et vers son moteur de recherche Bing, dont les premiers signes de succès sont interprétés favorablement pour les analystes, qui y voient pour Microsoft l'opportunité de remettre à flot sa division internet déficitaire.   Suite...

 
<p>Microsoft lancera au premier semestre 2010 une version en ligne gratuite de sa suite Office, se mettant ainsi &agrave; la page face &agrave; Google, dont des produits similaires existent d&eacute;j&agrave; depuis trois ans. /Photo d'archives/REUTERS</p>