7 juillet 2009 / 11:21 / il y a 8 ans

Vers une exclusivité limitée à 1 ou 2 ans des chaînes TV Orange

<p>L'Autorit&eacute; de la concurrence recommande de limiter &agrave; un ou deux ans la distribution exclusive des cha&icirc;nes de t&eacute;l&eacute;vision d'Orange &agrave; ses seuls abonn&eacute;s &agrave; l'ADSL, pour ensuite basculer sur un mod&egrave;le semblable &agrave; celui de Canal+. /Photo d'archives/Eric Gaillard</p>

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - L'Autorité de la concurrence recommande de limiter à un ou deux ans la distribution exclusive des chaînes de télévision d'Orange à ses seuls abonnés à l'ADSL, battant en brèche la victoire juridique récemment remportée par l'opérateur.

Mais l'Autorité de la concurrence préconise également une régulation des montants et des clauses du marché de gros des chaînes payantes, remettant potentiellement en cause la prépondérance de CanalSat sur cette activité.

L'action France Télécom perdait 1,78% à 16,01 euros vers 16h00 mardi, tandis que le titre Vivendi, maison mère de Canal+, abandonnait 1,25% à 16,56 euros.

Cet avis très attendu amoindrit la victoire juridique remportée par Orange le 14 mai en obtenant en appel le droit de commercialiser à nouveau sa chaîne de télévision payante Orange Sport exclusivement auprès de ses seuls abonnés à l'ADSL.

Au-delà de la période d'exclusivité d'un ou deux ans, Orange devrait passer à un système d'"auto-distribution", c'est-à-dire la distribution d'un bouquet sous sa marque auprès du plus grand nombre possible de plates-formes (satellite, câble, télévision par ADSL...), précise l'Autorité de la concurrence.

"La réponse doit être recherchée ailleurs que dans le modèle économique - contestable - de la double exclusivité revendiquée par Orange", explique l'Autorité dans son avis, estimant que cet "écosystème fermé" restreint le choix des consommateurs.

"L'avis va nous conduire à adapter le modèle de nos services de contenus", a déclaré un porte-parole d'Orange, sans fournir davantage de précisions. "Est-ce qu'on va faire en sorte d'avoir des tuyaux aussi jolis lorsqu'on pourra mettre des choses moins intéressantes dedans ?"

BARRIÈRES À L'ENTRÉE POUR UN NOUVEL ENTRANT

Mais l'Autorité de la concurrence souligne que l'arrivée d'un nouvel entrant sur le marché de la télévision payante est compliqué par des barrières à l'entrée, notamment le fait que les chaînes thématiques les plus attractives ont signé des contrats d'exclusivité de diffusion avec Canal+ dans un marché de gros manquant de transparence.

Elle cite le cas du régulateur britannique de l'audiovisuel et des télécoms - l'Ofcom - qui a recommandé le 26 juin d'imposer à BSkyB, groupe de télévision payante dominant au Royaume-Uni, de mettre à disposition de ses concurrents un certain nombre de chaînes payantes.

"On peut craindre que l'avis de l'Autorité de la concurrence pousse le législateur à forcer un marché beaucoup plus ouvert des chaînes, qui remettrait en cause le modèle de commercialisation de Canalsat, et leur capacité à imposer une exclusivité aux fournisseurs de contenus de tierces parties", explique Charles Bedouelle, analyste chez Exane BNP Paribas.

Une porte-parole de Canal+ n'a pas souhaité commenter l'avis, tout en soulignant que le marché de gros existe déjà.

L'Autorité de la concurrence souligne également le risque de voir émerger un nouveau duopole constitué d'Orange et d'un opérateur intégré Canal+/SFR, tous deux filiales de Vivendi. Celles-ci seront en effet dégagées de leurs obligations liées aux fusions CanalSat/TPS en 2007 et SFR/Neuf Cegetel en 2008 au bout d'une période de cinq ans.

Orange, qui mène depuis 2008 une offensive dans les contenus l'amenant sur les plates-bandes de Canal+, revendiquait un total de 363.000 abonnés à la fin mars à ses différentes chaînes, dont 112.000 abonnés pour Orange Sport, contre 10,4 millions pour la filiale de Vivendi.

Orange Sport, lancée en août 2008 sur la base des droits de la Ligue 1 de football, propose notamment le grand match du samedi soir. Les cinq chaînes du bouquet Orange Cinéma séries, lancées en novembre 2008, bénéficient d'accords d'exclusivité pluriannuels avec Warner, la chaîne câblée américaine HBO, Gaumont et Fidélité Films.

Outre cet avis, qui fait suite à une saisine par le gouvernement début janvier, l'Autorité de la concurrence devra dans un deuxième temps se pencher sur une plainte pour "vente liée" déposée en février par Canal+ et SFR contre Orange à qui elles reprochent de vendre à perte ses matches de Ligue 1. Sa décision n'est attendue qu'au printemps ou à l'été 2010.

"Nous sommes ravis de voir que ce qu'on défend depuis le début est confirmé en partie par l'autorité de la concurrence", a déclaré un porte-parole de SFR. "Nous espérons que les prochaines décisions de justice s'appuieront sur ces principes".

SFR et Iliad, la maison mère du fournisseur d'accès à internet Free, comptent se pourvoir en cassation après la décision de la cour d'appel autorisant la commercialisation exclusive d'Orange Sport aux seuls abonnés d'Orange.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below