June 22, 2009 / 7:58 PM / in 8 years

L'Arcep s'attend à deux candidatures pour la 4e licence 3G

4 MINUTES DE LECTURE

<p>La quatri&egrave;me licence de t&eacute;l&eacute;phonie mobile sera sans doute attribu&eacute;e en janvier, estime le pr&eacute;sident de l'Autorit&eacute; des communications &eacute;lectroniques et des postes (Arcep) Jean-Ludovic Silicani, qui s'attend &agrave; ce que deux candidatures soient d&eacute;pos&eacute;es. /Photo d'archives/Christian Hartmann</p>

PARIS (Reuters) - La quatrième licence de téléphonie mobile sera sans doute attribuée en janvier, estime le président de l'Autorité des communications électroniques et des postes (Arcep) Jean-Ludovic Silicani.

Dans une interview à paraître mardi dans Les Echos, il dit s'attendre à ce qu'il y ait deux candidats, dont Free, et déclare que "l'ordre de grandeur de la valorisation" de la quatrième licence de téléphonie mobile de troisième génération ne sera pas changé.

La semaine dernière, l'Arcep avait porté de 206 à 240 millions d'euros le montant cette quatrième licence 3G.

"Maintenant que ce montant est clarifié, nous devrions pouvoir lancer l'appel à candidatures avant la fin juillet pour une attribution de la licence en janvier 2010", dit-il.

Interrogé sur le point de savoir si Free sera le quatrième opérateur mobile, Jean-Ludovic Silicani répond :

"Les dossiers ne sont pas même déposés. Rien n'est donc acquis pour personne. D'après ce que j'entends, il y a une probabilité non négligeable qu'il y ait au moins deux candidats. Par ailleurs, la procédure de sélection peut très bien s'avérer infructueuse, comme cela s'est passé la dernière fois."

"L'Arcep examinera les dossiers à l'aune de nombreux critères, dont la crédibilité financière et technique du projet", ajoute-t-il en se disant convaincu qu'il y a place pour un quatrième opérateur.

"Je pense que l'arrivée d'un quatrième opérateur va faire baisser les prix", estime-t-il.

LE MULTI-FIBRES PRIVILÉGIÉ

Sur le dossier de la fibre optique, l'Arcep a annoncé dans la journée qu'elle laisserait la possibilité à chaque opérateur de faire monter sa propre ligne dans chaque logement, une solution recommandée par Free et SFR et rejetée par France Télécom.

Ce cadre réglementaire, attendu de longue date par les opérateurs télécoms pour accélérer enfin leurs investissements dans la fibre optique, entrera en vigueur "en octobre ou au plus tard début novembre", a précisé l'Arcep.

"Les opérateurs avisés peuvent dès aujourd'hui commencer à décider de ce qu'ils feront", a déclaré Jean-Ludovic Silicani.

Ces modalités s'appliqueront dans un premier temps aux zones denses, c'est-à-dire à ce stade 148 communes représentant 5,16 millions de foyers, dont plus de la moitié hors agglomération parisienne.

L'Arcep a décidé de privilégier la solution du multi-fibres, qui permet aux opérateurs de monter leur propre ligne de fibre optique dans les foyers, au lieu du mono-fibre, consistant à partager celle de l'opérateur ayant installé le réseau dans l'immeuble.

L'Autorité estime que le multi-fibres, d'un surcoût modeste par rapport au mono-fibres, favorise la concurrence et le partage des coûts et des risques inhérents au fibrage des immeubles.

Le P-DG de France Télécom, Didier Lombard, a réaffirmé son opposition au multi-fibres dans une tribune publiée vendredi dans Le Figaro, estimant que le surcoût lié à cette solution pourrait "atteindre 40%, sans aucun service ou débit supplémentaire".

Une porte-parole de France Télécom n'a pas souhaité commenter la décision de l'Arcep.

Raoul Sachs et Florent Le Quintrec, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below