Nortel va vendre son activité sans fil à Nokia Siemens

samedi 20 juin 2009 18h08
 

LOS ANGELES (Reuters) - L'équipementier canadien Nortel Networks annonce qu'il va céder son activité de technologies sans fil à Nokia Siemens Networks pour 650 millions de dollars américains et qu'il est en discussions avec la coentreprise finlando-allemande pour lui vendre d'autres activités.

Nortel, l'un des plus importants équipementiers en Amérique du Nord, a déposé le bilan au début de l'année, victime de la crise qui a exacerbé les difficultés auxquelles le groupe fait face depuis 2005.

Nokia Siemens a déposé une offre non sollicitée sur les actifs de Nortel, mais le prix et la portée de l'accord n'ont pas été clarifiés.

Le secteur des équipementiers télécoms est en cours de consolidation et seuls subsistent désormais quelques acteurs comme Ericsson, Huawei , Nokia Siemens et Alcatel-Lucent.

L'accord permettra à Nokia Siemens d'étendre sa présence en Amérique du Nord, faisant de la co-entreprise finlando-allemande le plus important fournisseur d'équipements pour les réseaux sans fil dans la région, a annoncé Nokia Siemens dans un communiqué à l'issue de l'accord.

La transaction inclut l'activité CDMA de Nortel et les actifs LTE.

La technologie CDMA, concurrente de l'UMTS, est en perte de vitesse au niveau mondial, mais conserve des positions fortes sur certains marchés comme en Amérique du Nord. Nortel détient quelque 30% de parts de marché sur le CDMA.

LTE est une nouvelle norme de connexion sans fil à haut débit destinée à remplacer la norme en cours sur les réseaux actuels. La technologie LTE devrait être déployée dans les prochaines années par des opérateurs comme Vodafone et Verizon Communications.

Nichola Groom à Los Angeles et Ritsuko Ando à New York, version française Claude Chendjou

 
<p>L'&eacute;quipementier canadien Nortel Networks annonce qu'il va c&eacute;der son activit&eacute; de technologies sans fil &agrave; Nokia Siemens Networks pour 650 millions de dollars am&eacute;ricains et qu'il est en discussions avec la coentreprise finlando-allemande pour lui vendre d'autres activit&eacute;s. /Photo d'archives/REUTERS/Ahmed Jadallah</p>