Le nouvel iPhone d'Apple arrive dans les magasins ce vendredi

vendredi 19 juin 2009 08h45
 

par Gabriel Madway

SAN FRANCISCO (Reuters) - La nouvelle version du combiné vedette d'Apple, l'iPhone 3GS, arrive ce vendredi dans les magasins aux Etats-Unis et dans sept autres pays, dont la France.

Mais un autre événement est attendu avec tout autant d'impatience par les investisseurs et les passionnés de nouvelles technologies : le retour annoncé du directeur général de la firme à la pomme, Steve Jobs, en congé maladie depuis environ six mois.

Le groupe d'électronique grand public est pour l'instant resté évasif sur la date du retour éventuel de son directeur général, se contentant de répéter qu'Apple attendait avec impatience son retour à la fin du mois de juin.

Les précédents lancements de l'iPhone avaient été entourés d'une formidable effervescence, certains passionnés ayant campé toute la nuit pour être certains de pouvoir acheter le précieux appareil. Cette fois-ci, les files d'attente semblaient plus clairsemées à la veille du débarquement de l'iPhone 3GS dans les magasins.

"UNE ÉVOLUTION, PAS UNE RÉVOLUTION"

Devant le magasin emblématique d'Apple dans le quartier de Midtown à Manhattan, seulement trois étudiants faisaient la queue jeudi après-midi sous la pluie. "C'est plus une évolution qu'une révolution", explique Matt Dodd, 18 ans, se faisant l'écho des comptes-rendus de plusieurs médias spécialisés.

Le combiné - qui était déjà à l'étude avant que Jobs ne parte en congé maladie en janvier - sera le concurrent du Blackberry de Research in Motion et du Pre de Palm.

L'iPhone 3GS est deux fois plus rapide que son prédécesseur, intègre une caméra vidéo et un meilleur appareil photo et possède une plus grande autonomie de batterie.   Suite...

 
<p>Pr&eacute;sentation du nouvel iPhone 3GS lors d'une r&eacute;cente conf&eacute;rence &agrave; San Fransisco. La nouvelle version du combin&eacute; vedette d'Apple arrive ce vendredi dans les magasins aux Etats-Unis et dans sept autres pays, dont la France. /Photo prise le 8 juin 2009/REUTERS/Robert Galbraith</p>