18 juin 2009 / 15:49 / il y a 8 ans

Iliad prêt à payer 240 millions d'euros pour la 4e licence 3G

<p>Selon Maxime Lombardini, directeur g&eacute;n&eacute;ral d'Iliad, la maison-m&egrave;re du fournisseur d'acc&egrave;s &agrave; internet Free serait pr&ecirc;te &agrave; payer le prix de 240 millions envisag&eacute; par le gouvernement pour la quatri&egrave;me licence mobile de troisi&egrave;me g&eacute;n&eacute;ration (3G). /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>

PARIS (Reuters) - Iliad serait prêt à payer le prix de 240 millions envisagé par le gouvernement pour la quatrième licence mobile de troisième génération (3G), déclare Maxime Lombardini, directeur général du groupe.

“Le prix a été un peu augmenté, mais cela ne remet absolument pas en cause le projet”, a-t-il dit lors d‘un entretien accordé à TV5 Monde. “L‘important, c‘est que l‘appel à candidatures soit lancé très vite, nous sommes prêts.”

La maison mère du fournisseur d‘accès à internet Free est considérée comme favorite pour la quatrième licence.

Le secrétaire d‘Etat à l‘Indudstrie Luc Chatel a déclaré lundi que le gouvernement pourrait lancer d‘ici la fin juillet un appel à candidatures sur la base du prix de 240 millions recommandé par la Commission des participations et des transferts (CPT), chargée de conseiller l‘Etat pour l‘estimation de ses actifs.

Ce prix, bien que supérieur aux 206 millions d‘euros évoqué par Luc Chatel en février, suscite l‘ire des détenteurs des trois licences existantes (Orange, SFR et Bouygues Telecom), qui avaient déboursé 619 millions d‘euros chacun en 2001 et 2002.

France Télécom a annoncé mardi qu‘il pourrait porter plainte auprès de la Commission européenne si ce montant était confirmé.

“Ces arguments sont assez classiques. Quand vous venez faire concurrence à quelqu‘un, il va trouver tous les arguments pour vous dire que vous n‘avez pas le droit de venir”, a observé Maxime Lombardini. “Le fait d‘arriver déjà sur un marché qui est déjà totalement équipé, d‘avoir moins de fréquences, légitime quand même le fait que le prix ne soit pas tout à fait le même.”

Après l’échec du premier appel d‘offres en 2007, auquel Iliad avait été l‘unique candidat, c‘est cette fois une “mini-licence” qui sera mise en vente puisqu‘elle représente un tiers du spectre disponible, soit cinq mégahertz réservés à un nouvel entrant, plus cinq mégahertz rétrocédés par les opérateurs existants.

Les modalités financières de l‘appel à candidatures seront publiées prochainement au Journal officiel. Deux autres blocs de cinq mégahertz, accessibles également à tous les opérateurs, seront ultérieurement mis en vente.

Iliad, qui compte investir un milliard d‘euros dans la téléphonie mobile, entend faire baisser les prix dans le secteur, comme il l‘avait fait dans l‘internet en étant le pionnier des offres “triple play” (internet, télévision, téléphonie fixe) en France à 29,90 euros par mois en 2002.

“Si on prend comme référence les prix d‘aujourd‘hui, l‘idée de diviser pratiquement par deux le montant moyen est quelque chose de raisonnable”, a estimé Maxime Lombardini.

Le directeur financier d‘Iliad Thomas Reynaud avait déclaré à Reuters fin mai qu‘il était déterminé à présenter seul sa candidature, malgré des propositions de partenariats.

L‘opérateur mobile sans réseau (MVNO) Virgin Mobile, le câblo-opérateur Numericable et Bolloré s‘intéresseraient eux aussi à la quatrième licence.

Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below