Alcatel-Lucent, critiqué, assure que la page est tournée

vendredi 29 mai 2009 18h55
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent a tenté de convaincre les actionnaires présents à son assemblée générale que la page était tournée sur les couacs qui ont marqué la direction précédente, et que la nouvelle stratégie suivie permettrait à l'équipementier télécoms de redresser la barre.

La séance des questions réponses à été dominée par une certaine grogne des petits porteurs sur les rémunérations des dirigeants, actuels et passés, sur le cours de bourse - tombé à moins de deux euros - mais aussi par des interrogations sur l'évolution du 'business model' du groupe.

"Les usines classiques, c'est de moins en moins l'avenir", a déclaré le directeur général exécutif Ben Verwaayen. "Et nous allons de plus en plus vers un mélange d'activité manufacturière et de Recherche et Développement logiciel, c'est le futur de notre industrie. L'idée classique d'une usine, avec du bruit, c'est du passé."

Insistant sur l'exemple du contrat décroché auprès de l'opérateur télécom américain Verizon dans la téléphonie mobile de quatrième génération, le groupe entend être plus à l'écoute de ses clients à travers le monde pour mieux répondre à leurs besoins futurs et préparer les tournants technologiques de demain. Ces besoins, a-t-il précisé, sont surtout énormes en Chine où les opérateurs pourraient dépenser cette année 25 milliards de dollars dans les réseaux 3G.

"Mais il est impossible de tout réparer en un ou deux ans", a ajouté Ben Verwaayen, en référence au tournant pris par Alcatel-Lucent.

ACTIONS GRATUITES POUR LES DIRIGEANTS

Face à la salve de questions qui ont porté sur le parachute doré dont a bénéficié l'ancienne dirigeante Patricia Russo après son soudain départ à l'automne dernier, la direction s'est employée à assurer aux actionnaires que la page était tournée.

Preuve de sa volonté d'éviter les dissensions qui ont marqué le précédent tandem formé par Serge Tchuruk et Patricia Russo à la tête du groupe né en 2006 de la fusion du français Alcatel et de l'américain Lucent, la direction a poursuivi le renouvellement du conseil d'administration, déjà réduit à dix membres, avec l'arrivée de quatre nouveaux administrateurs - notamment Olivier Piou, directeur général de Gemalto - afin d'améliorer la gouvernance et de parachever l'intégration entre les deux groupes.   Suite...

 
<p>Confirmant ses objectifs pour 2009, l'&eacute;quipementier t&eacute;l&eacute;coms Alcatel-Lucent a annonc&eacute; au cours de son assembl&eacute;e g&eacute;n&eacute;rale qu'il donnait toujours la priorit&eacute; &agrave; son redressement financier. /Photo d'archiveS/REUTERS/Charles Platiau</p>