Intel anticipe une baisse de la demande au 2e semestre 2009

jeudi 28 mai 2009 17h39
 

LONDRES (Reuters) -Intel, le premier fabricant mondial de semi-conducteurs, s'attend à ce que la demande au second semestre soit inférieure à celle de l'an dernier, malgré un retour prévu des tendances normales de demande qui devrait se traduire par une amélioration par rapport au premier semestre.

Prié de dire si les niveaux seront inférieurs à ceux de l'an dernier, Stacy Smith, directeur financier d'Intel, a répondu à Reuters : "Assurément. La récession a provoqué une destruction importante de la demande."

La seconde partie de l'année est traditionnellement plus forte pour les fabricants de semi-conducteurs et les groupes d'électroniques qu'ils fournissent, en raison de la rentrée scolaire en août et en septembre et des vacances de Noël en décembre.

Smith a indiqué dans une interview à Reuters que la capacité d'utilisation des usines Intel, qui est tombée à un plus bas historique de 40% en moyenne au premier trimestre, devrait retrouver un niveau "sain", un peu en dessus de 80% au second semestre.

"80 à 85% est optimal, mais si on considère qu'un peu en dessous de ce niveau on arrive à une fourchette saine, je pense que nous atteindrons de nouveau cette fourchette saine au début du second semestre", a-t-il dit.

Smith a déclaré que les valorisations dépréciées d'autres groupes du secteur pourraient inciter Intel à faire plus d'acquisitions qu'avant, mais que sa stratégie de la dernière décennie d'acheter des petites entreprises performantes pour leur propriété intellectuelle ne changerait pas.

Il a ajouté qu'Intel était toujours en discussion avec la Commission européenne pour définir quand et comment il paierait l'amende record de 1,06 milliard d'euros qu'elle lui a infligée pour abus de position dominante. Selon lui, la situation devrait être réglée ce trimestre.

Georgina Prodhan, version française Marie-Laure Combes

 
<p>Intel, le premier fabricant mondial de semi-conducteurs, s'attend &agrave; ce que la demande au second semestre soit inf&eacute;rieure &agrave; celle de l'an dernier, malgr&eacute; un retour pr&eacute;vu des tendances normales de demande qui devrait se traduire par une am&eacute;lioration par rapport au premier semestre. /Photo d'archives/REUTERS/Robert Galbraith</p>