Les opérateurs télécoms en quête de marges stables

mardi 26 mai 2009 23h22
 

par Kate Holton et Nicola Leske

PARIS (Reuters) - La récession sévère qui sévit en Europe a rendu encore plus aiguës les difficultés du marché de la téléphonie mobile, déjà saturé et très concurrentiel, ce qui va obliger les opérateurs à se rapprocher et à réduire encore leurs coûts.

"En Europe, tous les gamins de cinq ans ont un téléphone", a déclaré un dirigeant d'un groupe de télécoms, sous réserve d'anonymat.

"Les marges n'ont pas cessé de baisser dans toute l'Europe (...) En Grande-Bretagne et en Espagne, elles se rapprochent rapidement de zéro et en Allemagne la croissance est presque nulle. La République tchèque et la Macédoine sont en légère hausse", a-t-il ajouté.

Vodafone, premier opérateur de téléphonie mobile mondial en termes de chiffre d'affaires, a vu ses marges fondre à environ 22%, contre 33% il y a trois ans. La filiale anglaise T-Mobile UK de Deutsche Telekom a également du faire face à un effondrement de ses marges, passant de plus de 40% à 15% sur la même période.

Jusqu'ici les opérateurs se sont adaptés en se développant sur les marchés émergents, qui devraient être les moteurs de la croissance du secteur, le chiffre d'affaires mondial de la téléphonie mobile étant estimé à 855 milliards de dollars en 2012 contre 700 milliards de dollars en 2008, selon le cabinet d'études IDC.

Ils ont également commencé à proposer des forfaits "données" qui encouragent les clients à dépenser plus en leur permettant de surfer sur Internet, écouter de la musique et partager des photos avec des amis.

"Cela signifie que la hausse du chiffre d'affaires des opérateurs de téléphonie mobile en Europe dépend de plus en plus de la façon dont les opérateurs peuvent encourager l'utilisation supplémentaire des services existants et promouvoir la consommation des nouveaux services", écrit IDC sans une étude sur le marché de la téléphonie mobile en Europe.

"Jusqu'ici leur succès dans les deux domaines a été constant mais pas spectaculaire."   Suite...

 
<p>La r&eacute;cession s&eacute;v&egrave;re qui s&eacute;vit en Europe a rendu encore plus aigu&euml;s les difficult&eacute;s du march&eacute; de la t&eacute;l&eacute;phonie mobile, d&eacute;j&agrave; satur&eacute; et tr&egrave;s concurrentiel, ce qui va obliger les op&eacute;rateurs &agrave; se rapprocher et &agrave; r&eacute;duire encore leurs co&ucirc;ts. /Photo d'archives/REUTERS/Albert Gea</p>