Le "Grenelle des ondes" ne tranche pas le débat

lundi 25 mai 2009 14h10
 

PARIS (Reuters) - Le "Grenelle des ondes" n'a pas permis de trancher le débat sur les effets sanitaires de la téléphonie mobile mais avance des propositions vers une meilleure prise en compte de cette question de société.

Le rapport publié lundi après plusieurs semaines de travaux se prononce ainsi pour l'interdiction de l'usage du portable à l'école primaire et pour la limitation de l'usage du portable classique par les enfants.

Des associations dénoncent cependant une "coquille vide", regrettant le refus du gouvernement de décréter un moratoire sur l'installation d'antennes-relais ou d'abaisser réglementairement leur puissance sur tout le territoire.

En conséquence, Priartem et Agir pour l'environnement ont annoncé qu'elles suspendaient leur participation au comité de suivi de cette table ronde réunissant des associations, des opérateurs et des élus.

Lors d'un point de presse, les ministres chargés du dossier ont répondu que le rapport publié lundi n'était qu'une première étape puisqu'il y avait un comité de suivi, et qu'il apportait un début de réponse sur de nombreux sujets.

"Le moratoire n'a pas fait consensus, ni l'abaissement des seuils", a déclaré la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, pour qui l'essentiel est "qu'un débat ait pu s'engager."

L'Agence française de sécurité sanitaire (AFSS) doit rendre en septembre un nouveau rapport sur la dangerosité des ondes émises par les antennes-relais.

Le rapport prône donc une expérimentation de l'abaissement des valeurs d'émission des antennes-relais au cours de l'été dans des villes pilotes.

PAS DE PORTABLE JUSQU'AU COLLÈGE ?   Suite...

 
<p>Le "Grenelle des ondes" n'a pas permis de trancher le d&eacute;bat sur les effets sanitaires de la t&eacute;l&eacute;phonie mobile mais avance des propositions vers une meilleure prise en compte de cette question de soci&eacute;t&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Ivan Milutinovic</p>