Le pire est passé, mais l'avenir des puces mémoires reste obscur

samedi 23 mai 2009 20h32
 

par Marie-France Han et Baker Li

SEOUL/TAIPEH (Reuters) - Après deux années de déclin, l'industrie de la mémoire informatique semble avoir atteint son niveau plancher même si elle ne paraît pas en mesure de retrouver rapidement son statut de poule aux oeufs d'or.

Selon certains analystes, la hausse récente des prix a même empêché une restructuration nécessaire du secteur qui reste soumis à rude concurrence et toujours vulnérable aux phénomènes d'éclatement de bulles économiques.

"A l'exception du numéro un mondial du secteur, Samsung Electronics, tous les autres fabricants de puces DRAM doivent trouver des moyens d'économiser des liquidités et de survivre", estime Kenneth Lee, vice-président de Fubon Securities Investment Trust à Taiwan.

Certains paraissent déjà dans l'incapacité de survivre aux conséquences de la crise économique sans recourir à des alliances.

Ainsi, le japonais Elpida et le taiwanais Taiwan Memory Co (TMC) ont-ils annoncé le mois dernier qu'ils envisageaient des prises de participation croisées pour consolider leur partenariat.

A l'inverse, le taiwanais ProMOS semble plus que jamais menacé.

"Nous pensons toujours que ProMOS devra abandonner la partie parce que l'entreprise ne pourra pas lever l'argent frais nécessaire à l'amélioration de sa technologie", commente Lee. Selon lui, la disparition de ProMOS pourrait stabiliser davantage le marché.

Les difficultés du secteur, victime de surcapacités de production et de la chute de la demande, ont commencé au début de l'année 2007 et ont été accentuées l'an dernier par la crise économique internationale.   Suite...