Le néerlandais KPN pas intéressé par la 4e licence 3G en France

lundi 18 mai 2009 19h20
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - KPN n'est pas candidat en France au bloc de fréquences de téléphonie mobile de troisième génération (3G) réservé à un nouvel entrant et dont l'appel d'offres pour 206 millions d'euros pourrait être lancé cet été, déclare Stan Miller, directeur général de la division Mobile International de l'opérateur néerlandais.

Lors du sommet TMT (Télécoms, médias, technologie) organisé par Reuters à Paris, à New York et en Asie, il a également dit percevoir une tendance générale des clients du groupe à essayer d'optimiser leur facture, en raison de la crise.

KPN a lancé le 8 janvier un opérateur mobile virtuel (MVNO) dans l'Hexagone sous la marque Simyo en utilisant le réseau de Bouygues Telecom.

"On ne peut jamais exclure quelque chose pour le futur, mais pour le moment, nous ne sommes pas intéressés", a dit Stan Miller, qui est également membre du conseil du comité de direction de KPN, concernant les fréquences 3G.

"Je veux d'abord voir si nous pouvons réussir ce que nous avons démarré en France avant de nous mettre à dépenser beaucoup d'argent des actionnaires sur ce marché", a-t-il ajouté, se disant "très optimiste" pour son activité en France, sans pour autant fournir de chiffres d'abonnés.

Iliad, maison mère du fournisseur d'accès à internet Free, paraît favori pour le bloc réservé au nouvel entrant après avoir été l'unique candidat au premier appel d'offres en 2007, qui n'avait pas abouti. Mais le câblo-opérateur Numericable et le MVNO Virgin Mobile pourraient eux aussi proposer une candidature commune, selon des informations de presse.

L'autorité des télécoms (Arcep) devrait également lancer dans un deuxième temps un appel d'offres pour les deux autres lots de fréquences - d'un total de dix mégahertz -, susceptibles d'intéresser les opérateurs historiques.

KPN a abaissé le 28 avril son objectif de chiffre d'affaires pour 2010 sous le coup de l'aggravation de la crise au premier trimestre, attendant désormais une légère hausse comparé aux 14 milliards d'euros prévus pour 2009, contre plus de 15 milliards prévus auparavant.   Suite...