13 mai 2009 / 09:51 / il y a 8 ans

Bruxelles inflige à Intel une amende de 1,06 milliard d'euros

<p>Neelie Kroes, la commissaire europ&eacute;enne &agrave; la Concurrence. Une amende record de 1,06 milliard d'euros a &eacute;t&eacute; inflig&eacute;e par Bruxelles au fabricant am&eacute;ricain de microprocesseurs Intel, reconnu coupable d'abus de position dominante. /Photo prise le 13 avril 2009/Thierry Roge</p>

par Julien Toyer

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a infligé une amende record de 1,06 milliard d'euros au fabricant américain de microprocesseurs Intel, reconnu coupable d'abus de position dominante.

L'exécutif communautaire reproche au numéro un mondial des puces informatiques d'avoir octroyé des remises aux fabricants d'ordinateurs et d'avoir effectué des paiements directs au bénéfice des fabricants et distributeurs d'ordinateurs dans le but d'exclure du marché son principal concurrent, AMD.

Cette amende, qui fait suite à huit ans d'enquête, est de loin la plus importante imposée par Bruxelles à une entreprise pour abus de position dominante, alors que Microsoft s'était vu infliger une amende de 497 millions d'euros en mars 2004.

"Intel a causé du tort à des millions de consommateurs européens en cherchant délibérément à exclure les concurrents du marché des puces informatiques pendant des années", a déclaré Neelie Kroes, la commissaire chargée de la Concurrence.

La Commission a demandé à Intel de cesser immédiatement ses pratiques illégales mais le directeur général du groupe américain, Paul Otellini, a annoncé que son groupe ferait appel de la décision.

"Intel est outré par cette décision. Nous pensons que cette décision est mauvaise et ignore la réalité du marché hautement concurrentiel des microprocesseurs", dit-il dans un communiqué.

ENQUÊTE AUX ETATS-UNIS

Kroes a précisé que les sanctions seraient mises à exécution immédiatement alors que dans le cas de Microsoft, elles avaient été gelées durant une partie de la procédure d'appel intenté par le géant de l'informatique.

Intel est "confronté à un mur de résistance de la part des autorités de régulation concernant ses pratiques commerciales dans le monde", commente David Enderson, avocat à Berwin Leighton Paisner.

Avant l'UE, le Japon et la Corée du Sud avaient déjà estimé que le groupe avait enfreint les règles de la concurrence et Intel, dont les microprocesseurs équipent huit PC sur dix, fait également l'objet d'une enquête aux Etats-Unis.

De l'avis de certains analystes, la décision de Bruxelles pourrait pousser les autorités américaines à passer à l'action contre le fabricant.

"Le montant de l'amende montre qu'il y a eu un préjudice important pour les consommateurs", souligne David Balto, ancien directeur de la politique de la concurrence à la Federal Trade Commission (FTC). "Cela va obliger la FTC à agir".

A 14h20 GMT, l'action d'Intel progresse de 0,6% à 15,31 dollars, le marché ayant principalement réagi aux propos tenus la veille par Otellini concernant la tendance encourageante des ventes et des marges depuis le début du deuxième trimestre.

Pour certains analystes, l'amende record de Bruxelles aura un impact stratégique limité sur le groupe qui ne devrait pas modifier ses pratiques.

Pour d'autres en revanche, il s'agit d'une décision historique qui prouve la détermination de l'Union à lutter contre les pratiques dominantes et elle aura un impact important sur l'industrie mondiale des hautes technologies.

CINQ ANS ET TROIS MOIS

"L'avantage d'Intel en terme de concurrence n'est pas issu de tricheries ou quoi que ce soit de ce genre. C'est qu'il est bien plus gros que son rival plus petit AMD. Et si on parle d'avantage compétitif à long terme, Intel le détient toujours", souligne Andy Ng, analyste à Morningstar.

La Commission a précisé que les pratiques incriminées étaient liées à la position dominante d'au moins 70% occupée par Intel sur le marché mondial des processeurs x86 entre octobre 2002 et décembre 2007. Selon les chiffres fournis par Bruxelles, le marché mondial des puces x86 représente quelque 22 milliards d'euros par an, dont 30% en Europe.

Neelie Kroes n'a pas souhaité préciser la méthode de calcul de l'amende, mais celle-ci dépend de la durée de l'infraction - cinq ans et trois mois dans ce dossier - et de sa gravité. La base de calcul a également prix en compte le montant des ventes de processeurs x86 fabriqués par Intel dans l'Union européenne.

La Commission a précisé qu'Intel avait trois mois après avoir reçu notification de l'amende pour la payer. Son montant représente 4,15% du chiffre d'affaires d'Intel en 2008 et dépasse le précédent record toutes infractions confondues détenu par le français Saint-Gobain, condamné en 2008 à verser 896 millions d'euros pour entente sur les prix.

Avec Foo Yun Chee et David Lawksy, version française Gwénaëlle Barzic, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below