April 29, 2009 / 7:46 AM / in 8 years

Croissance ralentie au 1er trimestre pour France Télécom

7 MINUTES DE LECTURE

<p>La croissance organique de France T&eacute;l&eacute;com a ralenti &agrave; 0,4% au premier trimestre, malgr&eacute; une solide r&eacute;sistance de son activit&eacute; fran&ccedil;aise, entra&icirc;nant une d&eacute;gradation de 1,7 point de sa marge d'Ebitda &agrave; 33,9%. /Photo d'archives/Eric Gaillard</p>

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - France Télécom annonce un ralentissement de sa croissance organique à 0,4% au premier trimestre malgré une solide résistance de son activité française, entraînant une dégradation de 1,7 point de sa marge d'Ebitda à 33,9%.

Le troisième opérateur télécoms européen en termes de capitalisation boursière, dont l'annonce fait suite aux avertissements lancés par Deutsche Telekom et le néerlandais KPN, a maintenu son objectif de cash flow organique à huit milliards d'euros en 2009, tout en renvoyant à la baisse ses perspectives d'investissements.

Le groupe a également annoncé le rachat de la quasi-totalité des minoritaires de France Telecom Espana pour 1.374 millions d'euros.

L'action prend 2,07% à 16,77 euros vers 11h45, surperformant l'indice européen des télécoms, en hausse de 0,75%.

"La publication confirme, dans la foulée des récentes publications sectorielles, une dégradation encore plus forte qu'anticipé de l'environnement de marché", écrit CM-CIC dans une note, soulignant cependant la confirmation de l'objectif de cash flow organique.

L'Ebitda - qui remplace la marge brute opérationnelle dans les comptes de France Télécom à partir de ce premier trimestre - ressort en baisse de 7,1% à 4.300 millions d'euros (-4,4% à données comparables), à comparer à un consensus Reuters de 4.403 millions.

Le chiffre d'affaires s'établit à 12.685 millions d'euros - à comparer à un consensus de 12.730 millions -, en baisse de 2,6% en données brutes mais en hausse de 0,4% à données comparables. Sur cette base, le chiffre d'affaires progresse de 2,1% en France, tandis qu'il recule de 4,1% en Espagne et de 4,7% en Pologne.

France Télécom a affiché un bond de 7,4% de son chiffre d'affaires sur un an dans la téléphonie mobile en France à données comparables grâce aux services. Sur le trimestre, le nombre de clients se tasse à 25,1 millions contre 25,2 millions à la fin du quatrième trimestre, marqué par les fêtes de Noël, avec une part de marché quasi stable à 43,5%.

Dans la téléphonie fixe et internet, le chiffre d'affaires recule en revanche de 1,2% à données comparables, avec 8,450 millions de clients à l'ADSL contre 8,3 millions fin décembre.

Le chiffre d'affaires continuera d'afficher une évolution "nettement supérieure" à celle du PIB des pays dans lesquels le groupe est présent, a déclaré le directeur financier Gervais Pellissier lors d'une conférence téléphonique, faisant état d'un recul de 1,7% du PIB sur le périmètre d'activité du groupe au premier trimestre.

"Mais le fait que le chiffre d'affaires soit en faible croissance, voire proche de zéro, continuera à peser sur les marges d'Ebitda", a-t-il ajouté.

Il a toutefois noté que l'évolution du taux de marge Ebitda serait plus favorable au second semestre, dont les comparatifs intégreront les investissements dans les contenus - les chaînes de télévision Orange Sport et Orange Cinéma séries, lancées respectivement en août et en novembre 2008 et qui affichent un total de 363.000 abonnés au 31 mars contre 300.000 fin février.

POSSIBLE HAUSSE DE TARIFS DÉCIDÉE À L'ÉTÉ

Gervais Pellissier a également précisé que le groupe pourrait décider cet été d'augmenter certains de ses tarifs pour compenser la taxe de 0,9% imposée sur le chiffre d'affaires du groupe après la suppression partielle de la publicité sur France Télévisions.

Il a évalué l'impact de cette taxe, prise en compte depuis le 7 mars, à 90 millions d'euros pour 2009 et à près de 120 millions en année pleine.

France Télécom devrait afficher un taux d'investissements sur chiffre d'affaires "légèrement en dessous de 12%" en 2009, a précisé Gervais Pellissier, à comparer à une fourchette de 12-13% fournie lors de la présentation de son plan "Orange 2012" pour la période 2009-2011.

Au premier trimestre, les investissements atteignent 1,23 milliard d'euros, soit un taux de 9,7%, en recul de 1,9 point à base comparable en intégrant les opérations immobilières.

"Si nous observions encore une nouvelle détérioration de l'environnement, les investissements pourraient être revus à la baisse afin de préserver la génération de cash", a ajouté Gervais Pellissier.

L'objectif de cash flow organique de huit milliards s'entend hors acquisition éventuelle de licences mobiles. "Mais la perspective de sortir plusieurs centaines de millions d'euros pour des spectres en 2009 est plutôt reportée en 2010", a observé Gervais Pellissier.

L'augmentation de la participation du groupe dans France Telecom Espana, qui passe de 81,6% à 99,85% quatre ans après la prise de contrôle d'Amena, entre dans le cadre d'une stratégie de rachats de minoritaires marquée récemment par l'annonce le 8 avril de la prise de contrôle de l'opérateur sénégalais Sonatel pour 209 millions d'euros.

France Télécom est également en passe d'acquérir la totalité du capital de la holding égyptienne Mobinil à la suite d'une décision de justice en sa faveur.

Edité par Jacques Poznanski et Benjamin Mallet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below