Le marché des puces mémoires pas encore tiré d'affaire

vendredi 24 avril 2009 13h52
 

SAN FRANCISCO (Reuters) - L'offre sur le marché des mémoires va rester très au-dessus de la demande pendant encore plusieurs trimestres, empêchant les fabricants de redevenir bénéficiaires, estime le cabinet d'études iSuppli.

Les prix des puces DRAM (Dynamic random access memory) et des mémoires flash NAND devraient se stabiliser en 2009 voire, dans certains cas, augmenter, peut-on lire dans un rapport du cabinet spécialisé publié jeudi. Mais ces variations ne seront pas suffisantes pour que de nombreux fabricants endiguent leurs pertes.

Concernant les DRAM, utilisées dans la plupart des PC, "le secteur a besoin d'une remontée spectaculaire des prix, de quelques centaines de pour cent, pour qu'il y ait un début d'effet", écrit iSuppli.

Quant aux mémoires flash NAND, qui équipent les téléphones portables et les baladeurs numériques comme l'iPod d'Apple, aucune éclaircie majeure n'est en vue, du fait de la faiblesse de la demande en appareils électroniques grand public.

Les fabricants de mémoires sont à la peine depuis plus d'un an, étouffés par la surproduction et l'effondrement des prix. Ce retournement du marché a été accentué par la crise financière mondiale et le ralentissement de l'économie.

Premier producteur américain de mémoires DRAM, Micron Techology a enregistré plus de 2,7 milliards de dollars de pertes (2 milliards d'euros) sur les huit derniers trimestres. Le groupe prévoit de supprimer 2.000 emplois en fermant un de ses sites.

Mardi, le fabricant américain de mémoires flash SanDisk a fait état d'une perte trimestrielle de 208 millions de dollars (157,1 millions d'euros), mais anticipe des ventes meilleures que prévu au deuxième trimestre à la faveur d'une stabilisation de ses prix.

Le cabinet iSuppli juge toutefois l'optimisme prématuré et attribue la récente amélioration du marché des mémoires flash à un réapprovisionnement des distributeurs.

Alexei Oreskovic, version française Jean Décotte

 
<p>L'offre sur le march&eacute; des m&eacute;moires va rester tr&egrave;s au-dessus de la demande pendant encore plusieurs trimestres, emp&ecirc;chant les fabricants de redevenir b&eacute;n&eacute;ficiaires, selon le cabinet d'&eacute;tudes iSuppli. /Photo d'archives/REUTERS</p>