Sarkozy souhaite des états généraux sur les droits sur internet

mercredi 22 avril 2009 18h54
 

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a évoqué la possibilité de réunir des états généraux de la création pour traiter de la question de la protection des droits d'auteurs et des nouvelles technologies.

Recevant une soixantaine d'artistes, cinéastes et producteurs à l'heure du déjeuner, le chef de l'Etat leur a confirmé ses engagements en faveur de la protection des droits d'auteur après le rejet ce mois-ci par le Parlement de la loi dite Hadopi contre le piratage sur internet.

"Il a rappelé qu'il n'était pas décidé à 'légaliser le vol au supermarché de la création', selon son expression, et que, si internet était un progrès, les règles sur le droit de propriété devaient y être respectées", a rapporté un participant à la réunion.

Rejeté du fait du nombre insuffisant de députés de la majorité présents lors du vote définitif du texte le 9 avril, le projet de loi Hadopi, qui prévoit une "riposte graduée" allant jusqu'à la suspension de l'abonnement à internet pour les auteurs de piratage, doit repasser à l'Assemblée le 29.

Toujours selon la même source, Nicolas Sarkozy a concédé que cette loi ne réglait pas tous les problèmes, notamment sur le piratage industriel, et a émis l'idée de convoquer "dans les mois qui viennent" des états généraux de la création pour aborder la question des droits d'auteur face aux nouvelles technologies, de la reproduction d'oeuvres en très grandes quantités par l'éducation nationale et la dimension européenne du problème.

L'épouse du président de la République, Carla Bruni-Sarkozy, a assisté à cette réunion à laquelle étaient invités plusieurs chanteurs, notamment Patrick Bruel, Michel Jonasz, Françoise Hardy, Eddy Mitchell ou Marc Lavoine, des cinéastes (Claude Lelouch, Bertrand Tavernier, Jean-Jacques Beineix ou Alain Corneau) et des acteurs (Jean Reno).

Vingt-deux cinéastes, dont plusieurs des invités de l'Elysée, ont signé une tribune dans Libération de mercredi pour dénoncer l'attitude des députés socialistes lors du vote de la loi Hadopi, voyant dans son rejet un "mauvais coup pour la création et un bras d'honneur à tous les artistes et les professionnels de la culture".

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

 
<p>Nicolas Sarkozy a &eacute;voqu&eacute; la possibilit&eacute; de r&eacute;unir des &eacute;tats g&eacute;n&eacute;raux de la cr&eacute;ation pour traiter de la question de la protection des droits d'auteurs et des nouvelles technologies. /Photo prise le 23 mai 2008/REUTERS/Andrea Comas</p>