Baisse plus forte que prévu du chiffre d'affaires d'IBM

mardi 21 avril 2009 07h17
 

NEW YORK (Reuters) - IBM a fait état d'une chute de 11%, plus forte que prévu, de son chiffre d'affaires au premier trimestre, en raison du ralentissement des investissements informatiques de ses clients face à la crise.

Le marché n'a pas apprécié ces résultats. En après-Bourse, l'action International Business Machines a brièvement perdu plus de 2,5%, pour se reprendre après la téléconférence donnée par le groupe et lors de laquelle il s'est dit plus confiant sur ses perspectives annuelles actuellement qu'il ne l'était au trimestre précédent.

Les facturations du trimestre se sont élevées à 21,71 milliards de dollars, en baisse de 11% par rapport à celles de 24,50 milliards du premier trimestre 2008. Les analystes attendaient 22,56 milliards de dollars, selon Reuters Estimates.

Le bénéfice net du trimestre a reculé de 1% à 2,30 milliards de dollars. Le bénéfice par action a en revanche augmenté. Il s'établit à 1,70 dollar contre 1,64 dollar, en raison d'un moindre nombre d'actions en circulation.

Les analystes attendaient 1,67 dollar, selon Reuters Estimates.

Pour l'instant, IBM a mieux résisté que nombre d'autres sociétés technologiques, grâce à l'accent mis ces dix dernières années sur ses activités dans les logiciels et dans les services tels que le service après-vente, au détriment des matériels où la valeur ajoutée semble de moins en moins forte.

La marge brute a ainsi augmenté pour atteindre 43,4% au premier trimestre contre 41,5% un an plus tôt, également en raison de suppressions d'emplois.

"Ces résultats sont corrects compte tenu des difficultés économiques. Evidemment, le chiffre d'affaires souffre de la faiblesse de l'économie", commente Andy Miedler, analyste chez Edward Jones.

"IBM gère bien son activité, en se concentrant sur le contrôle des dépenses et son orientation vers les logiciels et services contribue à l'évidence à l'augmentation de sa rentabilité. Tous comptes faits, c'est un trimestre correct."   Suite...

 
<p>IBM fait &eacute;tat d'une chute plus forte que pr&eacute;vu de son chiffre d'affaires au premier trimestre, en raison du ralentissement des investissements informatiques de ses clients face &agrave; la crise. /Photo prise le 27 f&eacute;vrier 2009/REUTERS/Hannibal Hanschke</p>