Sony Ericsson signe encore une perte, réduit les coûts

vendredi 17 avril 2009 10h47
 

STOCKHOLM (Reuters) - Sony Ericsson a publié une nouvelle perte avant impôt pour le premier trimestre et annoncé la suppression de 2.000 emplois en plus cette année pour répondre au ralentissement du marché des téléphones portables.

Sony Ericsson, conjointement détenu par le suédois Ericsson et le japonais Sony, a dit qu'il inscrirait une charge supplémentaire de 200 millions d'euros en raison de son nouveau programme de réductions de coûts.

Le fabricant de portables a signé une perte trimestrielle avant impôt de 370 millions d'euros, après des charges de restructuration de 12 millions d'euros, un résultat conforme aux attentes des analystes qui avaient tablé sur une perte de 371 millions.

Sony Ericsson, numéro quatre du secteur au niveau mondial derrière Nokia, Samsung et LG, avait prévenu le mois dernier que ses ventes des trois premiers mois de l'année atteindraient tout juste la moitié de celles du quatrième trimestre 2008.

L'entreprise a vendu 14,5 millions d'unités au premier trimestre. Ses ventes sont tombées à 1,74 milliard d'euros contre 2,7 milliards au premier trimestre 2008.

Jeudi, Nokia a publié sa première perte trimestrielle avant impôt mais a rassuré les investisseurs en disant voir des signes de stabilisation de la demande.

Le prix de vente moyen pratiqué par Sony Ericsson a été de 120 euros au premier trimestre, un niveau conforme aux attentes, mais en baisse par rapport aux 121 euros d'il y a un an.

Sony Ericsson a indiqué qu'il s'en tiendrait à trois plates-formes de production de smartphones en dépit du ralentissement de la demande liée à la crise économique.

L'action Ericsson gagnait près de 3% à 78,20 couronnes suédoises à 8h40 GMT après ces résultats, surperformant l'indice sectoriel européen des technologiques qui bénéficie des résultats finalement meilleurs que prévu publiés jeudi soir par Google.

Bureau de Stockholm, version française Dominique Rodriguez

 
<p>Sony Ericsson a enregistr&eacute; une nouvelle perte avant imp&ocirc;t pour le premier trimestre, de 370 millions d'euros. Le quatri&egrave;me fabricant mondial de portables compte supprimer 2.000 emplois suppl&eacute;mentaires cette ann&eacute;e pour r&eacute;pondre au ralentissement du march&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS/Albert Gea</p>