15 avril 2009 / 17:03 / il y a 8 ans

Les téléphones "chic et pas cher" promis à un bel avenir

<p>Les fabricants de t&eacute;l&eacute;phones portables devraient afficher des ventes solides dans le domaine des combin&eacute;s multim&eacute;dias &agrave; petit prix en cette p&eacute;riode de crise qui pousse le consommateur vers le "chic et pas cher". /Photo d'archives/Bob Strong</p>

par Tarmo Virki

HELSINKI (Reuters) - Les fabricants de téléphones portables devraient afficher des ventes solides dans le domaine des combinés multimédias à petit prix en cette période de crise qui pousse le consommateur vers le "chic et pas cher".

Research in Motion, deuxième fabricant mondial de smartphones après Nokia, a surpris les investisseurs le 2 avril en publiant un bon chiffre d'affaires alimenté par des modèles de son Blackberry destinés au grand public et à prix abordable. Les prévisions du canadien sont par ailleurs optimistes.

Nokia devrait annoncer le 16 avril une forte chute de ses bénéfices au premier trimestre 2009, avec néanmoins des points positifs, dont les ventes soutenues de son combiné d'entrée de gamme à écran tactile, le 5800.

"De toute évidence, le 5800 a été un grand succès et pourrait bien être le plus gros contributeur au chiffre d'affaires de Nokia pour la première moitié de 2009", a indiqué dans une note Stuart Jeffrey, analyste chez Nomura.

Cette année, le secteur a montré un intérêt croissant pour les smartphones, tandis que les opérateurs repositionnent leurs offres de remises vers ces appareils multimédias qui peuvent générer plus de chiffre d'affaires.

Les ventes de combinés comme le Blackberry devraient progresser de 10 à 20%, dans un marché global qui devrait se contracter de 10%.

"La part de marché des smartphones gagne du terrain sur les téléphones multifonctions à un rythme alarmant", dit Sean Dalton, associé principal de Highland Capital Partners.

Le quatrième fabricant mondial de combinés, Sony Ericsson, est le plus exposé à la demande pour ce type de téléphones de milieu de gamme intégrant un appareil photo ou une caméra, ou un baladeur.

La coentreprise suédo-japonaise a refroidi les investisseurs le 20 mars dernier en annonçant une importante perte au titre du premier trimestre. Ses ventes ont quasiment été divisées par deux par rapport au trimestre précédent, la demande s'affaiblissant et les détaillants réduisant leurs stocks.

Sony Ericsson publiera ses résultats le 17 avril, LG Electronics le 21 et Samsung Electronics le 24.

L'IPHONE DU PAUVRE?

Nokia règne sur le marché des smartphones avec près de 40% de parts de marché mais le finlandais a constamment perdu du terrain au fil des derniers trimestres face à de nouveaux concurrents, dont Apple qui a lancé son iPhone en 2007.

JP Morgan estime que la stabilisation de la part de marché de Nokia au quatrième trimestre pourrait suggérer que sa stratégie de "smartphones pour tous les budgets" résonne peu à peu aux oreilles du consommateur, comme c'est le cas avec son 5800.

"Même parmi les banques d'investissement, ou même surtout parmi elles, nous commençons à constater cette nouvelle attitude de consommation 'chic et pas cher'", estiment les analystes de la banque dans une note à leurs clients.

Nokia a lancé le 5800, son premier modèle avec écran tactile, fin 2008 seulement, mais les analystes estiment que son prix plancher lui permet de battre l'iPhone au Proche-Orient, en Europe de l'Est et en Asie, et la demande est également soutenue sur les marchés développés.

"En Grande-Bretagne, Nokia semble avoir des difficultés à répondre à la demande, les distributeurs sont régulièrement à cours de stock", indique Geoff Blaber, analyste chez CCS Insight.

Son homologue Tero Kuittinen chez GC Capital s'attend à ce que Nokia vende plus de 2,5 millions de 5800 entre janvier et mars, égalant ainsi les estimations de ventes de l'iPhone.

"Hors Etats-Unis, il devient un peu 'l'iPhone du pauvre', un appareil doté d'un logiciel un peu vieillot et rustre mais beaucoup moins cher, avec une caméra de meilleure qualité, léger et d'une autonomie bien supérieure", explique-t-il.

"À New York ou Londres, le consommateur se moque de la mauvaise qualité du micro de l'iPhone et de ses problèmes de batterie. À Djakarta ou Moscou, le consommateur est beaucoup plus sensible à la performance et au prix", ajoute Kuittinen.

Version française Patrice Mancino

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below