France Télécom s'impatiente vis-à-vis d'Orascom sur Mobinil

lundi 13 avril 2009 18h51
 

PARIS/LE CAIRE (Reuters) - France Télécom manifeste son impatience à l'égard du groupe égyptien Orascom Telecom, qui renâcle à lui céder ses actions dans Mobinil, le premier opérateur du pays.

France Télécom, dans un communiqué, a une nouvelle fois demandé à Orascom d'appliquer la décision de justice rendue sur ce dossier et qui a condamné le groupe égyptien à céder ces titres d'ici au 10 avril, un délai dépassé depuis vendredi dernier.

"En outre, France Télécom souhaite qu'Orascom Telecom cesse sa campagne médiatique afin de retrouver un climat de sérénité plus propice à la conduite de discussions constructives avec les autorités égyptiennes", ajoute le français, après qu'Orascom a proposé lundi un nouveau délai jusqu'au 15 avril, soit mercredi.

En jeu se trouve le rachat de l'opérateur mobile ECMS, contrôlé à 51% par Mobinil, pour lequel France Télécom avait lancé une OPA qui a été rejetée la semaine dernière par l'autorité des marchés égyptienne.

France Télécom est déjà l'actionnaire majoritaire de Mobinil. En vertu de la décision du tribunal arbitral, il est censé détenir désormais 100% du capital de Mobinil, maison mère d'ECMS.

Orascom détient en outre directement 20% d'ECMS, le flottant étant de 29%.

Dans son communiqué, France Télécom précise qu'il souhaite reprendre le dialogue avec les autorités de marché égyptiennes "dès qu'Orascom Telecom se sera conformé à la sentence arbitrale" (sur Mobinil), afin de "parvenir à la mise en oeuvre d'une offre équitable pour les actionnaires minoritaires d'ECMS, notamment les actionnaires individuels".

France Télécom se fait aussi menaçant en rappelant que le tribunal arbitral a fixé une astreinte de 50.000 dollars par jour pour Orascom Telecom à partir du 10 avril en cas de non exécution de la sentence.

Le litige remonte à 2007, quand Orascom a saisi la Chambre de commerce internationale (CCI), dont la cour d'arbitrage a finalement rendu une décision en faveur de France Télécom.   Suite...