Google intègre à YouTube des liens d'achat vers d'autres sites

jeudi 9 avril 2009 20h04
 

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) - Google a étendu à huit nouveaux pays, dont la France, une fonctionnalité de YouTube permettant d'acheter sur les kiosques en ligne partenaires les vidéos diffusées sur son site, afin d'élargir son trafic et d'éventuellement monétiser l'audience de sa plateforme de partage.

La fonctionnalité baptisée "Click-to-buy" est pour l'instant limitée aux clips musicaux, mais le géant de l'internet envisage de l'étendre aux vidéos, aux films et autres contenus disponibles gratuitement sur son site, afin d'en faire une plateforme de commerce en ligne globale.

"Depuis YouTube, on peut faire une recherche sur un artiste ou sur une chanson, un lien placé en bas de la vidéo renvoie alors vers une plateforme légale comme iTunes pour acquérir le clip", a expliqué à Reuters une porte-parole de Google.

L'accord signé entre Google, les maisons de disques EMI, Sony et Universal, et les plateformes légales telles que Amazon.com ou iTunes d'Apple marque une étape importante pour le premier moteur de recherche sur internet dans ses efforts pour dégager des revenus en provenance de YouTube.

Aujourd'hui l'essentiel des revenus de YouTube, racheté en 2006 par Google pour 1,65 milliard de dollars (1,25 milliard d'euros), provient du partage des recettes publicitaires avec les fournisseurs de contenus et les ayant-droits.

Avec des liens renvoyant vers des sites de commerce en ligne, Google pourrait à terme demander aux sites partenaires de lui reverser une commission sur chaque vente de musique, de clip ou de vidéo, même si pour l'instant un telle démarche n'est pas à l'ordre du jour.

Selon Google, une étude menée récemment en Grande-Bretagne a montré que 50% des utilisateurs de YouTube ont acheté un titre en ligne après avoir regardé un clip du même artiste sur son site de partage de vidéos.

La fonctionnalité "Click-to-buy", déjà disponible aux Etats-Unis, en Angleterre et aux Pays-Bas, arrive ce jeudi en France, en Australie, au Canada, en Irlande, en Italie, au Japon, en Nouvelle-Zélande et en Suède avec pour objectif de parvenir aux mêmes résultats, a expliqué Google.

"Nos partenaires pourront désormais toucher des centaines de millions d'utilisateurs à travers le monde", a souligné Google dans un communiqué.

D'après les chiffres du cabinet d'études comScore, YouTube est le premier site de vidéo aux Etats-Unis avec plus de 100 millions de visiteurs en janvier.

 
<p>Google a &eacute;tendu &agrave; huit nouveaux pays, dont la France, une fonctionnalit&eacute; de YouTube permettant d'acheter sur les kiosques en ligne partenaires les vid&eacute;os diffus&eacute;es sur son site, afin d'&eacute;largir son trafic et d'&eacute;ventuellement mon&eacute;tiser l'audience de sa plateforme de partage. /Photo prise le 8 mai 2008/REUTERS/Kimberly White</p>