Yahoo veut regrouper ses sites dans un réseau communautaire

mercredi 8 avril 2009 22h34
 

par Alexei Oreskovic

SAN FRANCISCO (Reuters) - Comme près de 200 millions d'internautes dans le monde, le co-fondateur de Yahoo, David Filo, possède un compte sur Facebook.

Mais si Filo et la nouvelle directrice générale du géant de l'internet, Carol Bartz, parviennent à leurs fins, des fonctionnalités comparables à celles de Facebook seront intégrées aux sites de Yahoo, afin d'offrir une alternative au célèbre réseau communautaire en ligne.

Le groupe de Sunnyvale espère que cette stratégie lui permettra de créer des liens entre ses divers services sur la Toile, et ainsi de doper ses recettes publicitaires et sa croissance. Il a d'ores et déjà entrepris de construire des passerelles entre ses nombreux sites.

Reste à savoir si l'enthousiasme des internautes pour le réseau social façon Yahoo sera aussi à la hauteur de celui suscité par Facebook ou Myspace (propriété du groupe News Corp). Mais si la sauce prend, les annonceurs réagiront en conséquence.

"Les gens passent du temps sur Twitter et Facebook, mais les annonceurs n'ont pas envie de s'y implanter pour le moment. C'est le principal problème", juge Sameet Sinha, analyste chez JMP Securities. "Alors que les annonceurs sont déjà sur Yahoo."

UN IMPORTANT RELAIS DE CROISSANCE ?

Yahoo dispose d'un éventail de sites allant de l'information "people" aux nouvelles financières, en passant par les jeux de sport en ligne. Mais plus de la moitié de ses utilisateurs ne fréquentent qu'une petite fraction de cette offre, note la société.

Dans les prochains mois, Yahoo va lancer de nouvelles versions de ses services les plus populaires, de sa page d'accueil à son service de messagerie électronique Yahoo Mail. Une série de services communautaires, comprenant une page de profil, une liste d'amis et un flux de nouvelles concernant les contacts de l'utilisateur, permettra de combiner l'ensemble des services Yahoo.   Suite...

 
<p>Les dirigeants de Yahoo souhaitent que des fonctionnalit&eacute;s comparables &agrave; celles de Facebook soient int&eacute;gr&eacute;es aux sites deu g&eacute;ant de l'internet, afin d'offrir une alternative au c&eacute;l&egrave;bre r&eacute;seau communautaire en ligne. /Photo d'archives/REUTERS/Albert Gea</p>