Dell dit profiter des spéculations sur un rachat de Sun par IBM

mardi 24 mars 2009 09h50
 

par Sachi Izumi

TOKYO (Reuters) - Le directeur général de Dell a déclaré que les informations sur l'intérêt prêté à IBM pour Sun Microsystems constituaient une "énorme opportunité" pour son groupe, déjà numéro deux mondial des serveurs d'entreprise.

Michael Dell a expliqué que ces spéculations généraient des incertitudes sur l'avenir des serveurs équipés du système Solaris de Sun et qu'elles favorisaient la migration des clients vers les serveurs dotés de composants standards, dits "x86", qui constituent l'essentiel de la gamme de Dell.

Au-delà de l'éventuel rapprochement entre IBM et Sun, Dell doit faire face dans les serveurs à la concurrence de Cisco Systems et de Hewlett-Packard: Cisco a récemment annoncé son entrée sur le marché des serveurs et HP a enrichi sa gamme de services aux entreprises après le rachat d'EDS.

"La simple rumeur d'un éventuel rachat de Sun par IBM crée une énorme opportunité parce que tous les clients de Sun sont très préoccupés par l'avenir de la plateforme Solaris et du microprocesseur Sparc", a dit Dell lors d'un point de presse à Tokyo.

"Je crois que cela accélère la migration (vers les serveurs sous x86) et incite un bon nombre de ces clients à saisir une opportunité."

Des sources proches du dossier ont rapporté la semaine dernière qu'IBM avait engagé des discussions en vue d'un rachat de Sun.

Le Wall Street Journal a écrit qu'IBM pourrait débourser au moins 6,5 milliards de dollars (4,8 milliards d'euros) en numéraire.

BONNE TENUE DU CHIFFRE D'AFFAIRES GRAND PUBLIC   Suite...

 
<p>Le directeur g&eacute;n&eacute;ral de Dell, Michael Dell, a d&eacute;clar&eacute; que les informations sur l'int&eacute;r&ecirc;t pr&ecirc;t&eacute; &agrave; IBM pour Sun Microsystems constituaient une "&eacute;norme opportunit&eacute;" pour son groupe, d&eacute;j&agrave; num&eacute;ro deux mondial des serveurs d'entreprise. Elles favorisent la migration des clients vers les serveurs de la gamme du groupe. /Photo d'archives/REUTERS/Vijay Mathur</p>