23 mars 2009 / 08:57 / il y a 8 ans

Telefonica et Vodafone vont coopérer dans les infrastructures

<p>Vodafone et Telefonica ont rendu public un accord de partage d'infrastructures de r&eacute;seaux dans quatre pays europ&eacute;ens, cens&eacute; r&eacute;pondre &agrave; la croissance du march&eacute; du haut d&eacute;bit tout en leur permettant d'&eacute;conomiser des centaines de millions d'euros. /Photo d'archives/Luke MacGregor</p>

LONDRES/MADRID (Reuters) - Vodafone et Telefonica ont rendu public lundi un accord de partage d'infrastructures de réseaux dans quatre pays européens, censé répondre à la croissance du marché du haut débit tout en leur permettant d'économiser des centaines de millions d'euros.

Le partenariat, le plus important de ce type à couvrir plusieurs pays, illustre la volonté des opérateurs de trouver des sources d'économies aussi bien que l'impact sur la demande de la généralisation des forfaits d'accès internet illimité.

L'accord Vodafone-Telefonica couvre l'Allemagne, l'Espagne, l'Irlande et le Royaume-Uni et il pourrait être étendu à la République tchèque. Sur ces marchés, les deux groupes partageront des sites, des équipements parmi lesquels des tours relais, ainsi que des approvisionnements électriques.

Chacun conservera toutefois ses propres équipements radios et ses propres fournisseurs.

"C'est un accord qui implique vraiment un changement de fond", a déclaré Michel Combes, directeur général de Vodafone Europe, lors d'une téléconférence avec des journalistes. Matthew Kay, son homologue chez Telefonica, a reconnu que "la situation économique actuelle a été un catalyseur".

Vodafone avait auparavant conclu un accord de partage de réseaux avec Orange, filiale de France Télécom en Grande-Bretagne et en Espagne.

Michel Combes a dit ne pas croire que l'accord poserait des problèmes de concurrence car il s'agit d'un accord de partage de réseaux "passif", ce qui signifie que les deux opérateurs ne partageront aucun équipement actif utilisé pour traiter et transmettre les télécommunications.

Il a ajouté que les modalités de l'accord seraient soumises aux autorités de la concurrence dans chacun des pays concernés.

Matthew Key, chez Vodafone, a souligné pour sa part: "Nous resterons en concurrence dans les activités de détail pour ce qui concerne les services aux clients."

"L'impact sera relativement limité en 2009 (...) Les avantages commenceront à se faire sentir de manière sensible après 2009", a-t-il ajouté.

Combes a précisé que l'accord n'aurait aucun impact sur les prévisions de résultats données précédemment par Vodafone mais qu'il contribuerait à la réalisation des objectifs en terme de rapport entre dépenses d'investissement et chiffre d'affaires.

En Bourse, l'action Vodafone gagnait 0,83% à 120,92 pence vers 11h40 GMT à Londres tandis qu'à Madrid, Telefonica progressait de 1,49% à 15,02 euros. Au même moment, l'indice DJ Stoxx européen des télécoms prenait 1,3%.

"Nous jugeons cela positif pour Vodafone et Telefonica", déclare UBS, tout en soulignant que les deux groupes n'ont donné que peu de détails sur le montant des économies prévues.

L'accord concerne environ 64 millions de clients de Telefonica et 77 millions de clients de Vodafone.

Georgina Prodhan et Sarah Morris, version française Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below