IBM serait en discussion pour racheter Sun Microsystems

mercredi 18 mars 2009 19h09
 

par Ritsuko Ando et Anupreeta Das

NEW YORK (Reuters) - International Business Machines (IBM) est en discussion pour racheter Sun Microsystems, apprend-on mercredi de sources proches du dossier, ce qui devrait lui permettre de renforcer sa domination sur le marché très disputé des serveurs.

IBM est prêt à débourser plus de 6,5 milliards de dollars (près de cinq milliards d'euros), soit entre 10 et 11 dollars par action, l'équivalent de deux fois le cours de clôture de 4,97 dollars de Sun Microsystems mardi, selon le Wall Street Journal qui a révélé l'information.

L'action Sun gagnait 78% à 8,85 dollars vers 18h00 GMT alors qu'IBM cédait 2,7% à 90,41 dollars.

L'affaire, si elle se fait, sera la plus grosse acquisition jamais réalisée par IBM. Elle constituerait une rupture par rapport à la stratégie de "Big Blue" qui visait jusqu'ici à se renforcer dans les logiciels et les services plutôt que dans le matériel.

Son acquisition la plus importante à ce jour est l'achat du fabricant canadien de logiciels Cognos en 2008. En 2004, le groupe d'Armonk a vendu son activité d'ordinateurs personnels au chinois Lenovo.

Le nom de Sun est depuis longtemps évoqué comme cible d'OPA tant pour IBM, que pour Dell ou Cisco Systems qui se battent pour le contrôle des centres de données pour les entreprises. Cisco a présenté cette semaine une gamme complète de centre de données.

Le Wall Street Journal précise que Sun, qui construit des serveurs haut de gamme et a créé le langage de programmation Java, a contacté plusieurs groupes de hautes technologies ces derniers mois dans l'espoir d'être racheté et ajoute que Hewlett-Packard a décliné l'offre.

Sun ne s'est jamais vraiment remis de l'éclatement de la bulle internet et des télécoms au début des années 2000.   Suite...

 
<p>Selon le Wall Street Journal, International Business Machines (IBM) discute de l'achat de Sun Microsystems et serait susceptible de payer au moins 6,5 milliards de dollars en cash pour cette acquisition. /Photos d'archives/REUTERS/Rick Wilking</p>