Le chinois Inspur pourrait entrer au capital de Qimonda

lundi 16 mars 2009 11h53
 

MUNICH (Reuters) - Le groupe chinois d'informatique et d'électronique Inspur pourrait prendre une participation minoritaire dans le fabricant de mémoires allemand Qimonda, apprend-on de sources proches du dossier.

Mais les discussions pourraient se révéler vaines compte tenu du souhait de la société chinoise de voir la puissance publique allemande prendre aussi une participation dans Qimonda, explique-t-on, confirmant une information du Financial Times Deutschland.

Le Portugal, qui abrite une usine de Qimonda, est prêt à prendre 14% de Qimonda, mais le Land de Saxe, où Qimonda à son siège, est réservé à ce sujet.

Qimonda a déposé son bilan en janvier avoir annoncé qu'un plan de sauvetage de 325 millions d'euros mis au point par la Saxe, Infineon et un groupe de banques n'était pas arrivé à temps.

Suivant une autre possibilité, d'autres investisseurs asiatiques pourraient prendre une participation aux côtés d'Inspur, dit-on. Infineon, maison mère de Qimonda, n'est pas partie aux discussions compte tenu de l'état de ses finances, précise-t-on.

L'administrateur judiciaire de Qimonda Michael Jaffe, qui est en train de négocier avec d'autres parties, a indiqué la semaine dernière que les discussions s'étendraient au-delà du mois de mars.

"Divers investisseurs ont signalé leur intérêt, mais pour l'instant, il n'y a pas d'offre ferme sur la table", a déclaré Jaffe vendredi après une réunion avec le comité des créanciers.

"Comme anticipé, il ne sera pas possible de parvenir à une solution définitive avant la fin mars", a-t-il ajouté.

L'administrateur a réaffirmé que Qimonda, numéro quatre mondial des mémoires DRAM, serait placée en liquidation si elle ne trouvait pas de repreneur.

Jens Hack, version française Danielle Rouquié

 
<p>Selon des sources proches du dossier, le groupe chinois d'informatique et d'&eacute;lectronique Inspur pourrait prendre une participation minoritaire dans le fabricant de m&eacute;moires allemand Qimonda. /Photo prise le 23 janvier 2009/REUTERS/Alexandra Beier</p>