Vivendi vise une accélération de la croissance de son Ebita 2009

lundi 2 mars 2009 09h11
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Vivendi annonce prévoir une accélération de la croissance de son résultat opérationnel ajusté (Ebita) en 2009 après une hausse de 5,6% à taux de change constant en 2008, portée par Canal+, Maroc Telecom et Universal Music Group (UMG).

Le premier groupe européen de médias et de divertissement précise dans un communiqué qu'il versera un dividende de 1,40 euro au titre de 2008, conformément aux attentes des analystes, contre 1,30 euro en 2007.

Le président de son directoire Jean-Bernard Lévy a déclaré lors d'une conférence téléphonique que le groupe maintenait son intention de reverser aux actionnaires au titre de 2009 au moins la moitié de son résultat net ajusté.

Celui-ci ressort en hausse de 8,4% à périmètre constant en 2008 - en ligne avec l'objectif du groupe - à 2.735 millions d'euros. Le résultat net part du groupe baisse en revanche de 0,8% à 2.603 millions.

L'Ebita progresse de 4,9% à 4.953 millions d'euros (+5,6% à taux de change constant) après prise en compte de 245 millions de coûts d'intégration de Neuf Cegetel et d'Activision.

"Je pense qu'on va faire mieux en 2009 qu'en 2008 pour le résultat opérationnel ajusté", a dit Jean-Bernard Lévy lors d'une conférence téléphonique. "Nous espérons avoir de la croissance du chiffre d'affaires et du profit notamment dans les jeux vidéo. Il y aura de coûts de restructuration, mais pas de la même ampleur qu'en 2008".

BOND DU CHIFFRE D'AFFAIRES DE SFR

Le chiffre d'affaires progresse de 17,2% à 25.392 millions d'euros, soit +18,3% à taux de change constant, grâce à un bond de 28,1% chez SFR qui a intégré son ex-filiale Neuf Cegetel.   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident du directoire de Vivendi, Jean-Bernard L&eacute;vy. Les r&eacute;sultats du premier groupe europ&eacute;en de m&eacute;dias et de divertissement ressortent en hausse pour 2008, gr&acirc;ce &agrave; Canal+ et &agrave; Maroc Telecom. Le groupe pr&eacute;voit une forte croissance de son r&eacute;sultat op&eacute;rationnel ajust&eacute; (Ebita) en 2009. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau (FRANCE)</p>