Vivendi recevra 1,9 milliard d'euros du polonais Elektrim

lundi 23 février 2009 19h43
 

PARIS (Reuters) - Vivendi a annoncé lundi que la société polonaise Elektrim avait été condamnée à lui verser quelque 1,9 milliard d'euros de dommages et intérêts dans le cadre d'un contentieux juridique relatif au contrôle de l'opérateur télécoms Polska Telefonia Cyfrowa (PTC).

Dans un communiqué, le groupe de médias et de divertissement affirme qu'un tribunal arbitral londonien, siégeant sous l'égide de la Chambre d'arbitrage international de Londres (LCIA), a rendu une "sentence définitive" en "réparation du préjudice subi du fait des violations intentionnelles par Elektrim."

"Le tribunal a condamné Elektrim à verser à Vivendi 1,876 milliard d'euros (majorés des intérêts courus depuis février 2005). Le tribunal a rejeté toutes les demandes d'Elektrim contre Vivendi", ajoute l'entreprise.

Vivendi et Elektrim avaient noué en 1999 un accord prévoyant l'entrée de l'entreprise française dans un holding commun baptisé Telco, lui-même propriétaire de 48% de PTC, pour plus de 1,8 milliard d'euros.

En septembre 2006, Elektrim cédait l'intégralité des titres Telco à Deutsche Telecom - qui détenait de son côté 51% du capital de PTC - pour faire face à l'inflation de sa dette, une opération contestée par Vivendi au motif que celle-ci ignorait son droit de propriété sur ses 48% dans Telco.

Les recours juridiques s'étaient multipliés ces dernières années. Elektrim a été placée en faillite en 2007.

Dans son communiqué, Vivendi précise être à ce jour actionnaire de 51% du capital de Telco et Carcom, deux sociétés de droit polonais ayant acquis directement et indirectement 51% de PTC.

Matthias Blamont, édité par Danièle Rouquié

 
<p>Jean-Bernard L&eacute;vy, pr&eacute;sident du directoire de Vivendi. La soci&eacute;t&eacute; polonaise Elektrim a &eacute;t&eacute; condamn&eacute;e &agrave; verser au groupe de m&eacute;dias et de divertissement fran&ccedil;ais quelque 1,9 milliard d'euros de dommages et int&eacute;r&ecirc;ts dans le cadre d'un contentieux juridique relatif au contr&ocirc;le de l'op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms Polska Telefonia Cyfrowa (PTC). /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>