L'industrie télécoms, sous pression, se réunit à Barcelone

dimanche 15 février 2009 12h54
 

par Georgina Prodhan

LONDRES (Reuters) - Les acteurs de la téléphonie mobile, qui se réunissent la semaine prochaine à Barcelone, espèrent que l'édition 2009 du salon Mobile World Congress leur permettra de trouver des solutions pour faire face aux différentes menaces qui les assaillent, qu'il s'agisse de la crise économique, de l'arrivée de nouveaux concurrents ou encore de la pression des développeurs de logiciels.

Ce salon, le plus important rassemblement annuel des entreprises du secteur, vient à la suite d'une saison de résultats déplorable pour ces firmes, marquée par une série de révisions en baisse des prévisions, des suppressions d'emplois massives et des réductions drastiques d'investissements.

Le secteur de la téléphonie mobile est aux prises avec l'arrivée d'une concurrence redoutable, incarnée par des firmes informatique ou internet, comme Apple et Google, qui n'ont pas tardé à comprendre le parti qu'ils pouvaient tirer de la convergence entre internet et le mobile.

Cette année, une foule de fabricants de PC vont également se joindre à la mêlée. Le taïwanais Asustek, pionnier du netbook, ce mini-ordinateur à bas coût, ainsi que son compatriote Acer, sont sur le point de lancer de nouveaux smartphones, des téléphones mobiles multfifonctions.

Ces appareils entreraient en concurrence avec les téléphones portables que Dell serait en train de développer, selon différentes rumeurs annonçant l'arrivée imminente du fabricant américain d'ordinateurs sur le marché de la téléphonie.

Selon Bengt Nordstrom, du cabinet de consultants spécialisé dans les télécoms Northstream, Dell mais aussi Fujitsu, Lenovo et Acer sont tous déjà bien introduits auprès des opérateurs télécoms.

L'industrie des communications mobiles, auparavant contrôlée par d'immenses entreprises centralisées issus d'anciens monopoles publics, s'est à tel point fragmentée que les matériels, logiciels et services peuvent désormais dépendre de différents fournisseurs, ce qui facilite l'accès à ce marché.

D'autant que le modèle du libre, dit "open source", gagne du terrain sur les téléphones portables. La fondation Symbian, contrôlée par Nokia, ou l'Open Handset Alliance de Google, prônent par exemple des systèmes d'exploitation pour mobile ouverts, libres et gratuits.   Suite...