Google présente un service de localisation des individus

mercredi 4 février 2009 14h56
 

BANGALORE (Reuters) - Le premier moteur mondial de recherche sur internet, Google, a dévoilé mercredi un logiciel permettant aux utilisateurs de téléphones portables et autres appareils sans fil d'indiquer automatiquement à leur entourage où ils se trouvent.

Les utilisateurs de Google Latitude pourront, dans 27 pays, transmettre en permanence leur localisation aux personnes qu'ils auront sélectionnées, explique la firme californienne sur son site, précisant qu'ils pourront à tout moment se déconnecter du service.

"Hormis l'aspect ludique, nous reconnaissons la sensibilité de ce type de données, aussi avons nous intégré à l'application des droits de contrôle sur la vie privée ", indique Google dans un blog annonçant le service.

"Non seulement vous contrôlez précisément qui a accès à votre position, mais vous décidez également quels endroits peuvent être vus."

Latitude permet d'être localisé sur une carte Google, accessible depuis un combiné mobile ou un ordinateur personnel.

Ce nouveau service de Google est similaire à celui proposé par la société Loopt. Plusieurs opérateurs dont Verizon Wireless, filiale de Verizon Communications et de Vodafone, offrent le service de Loopt, compatible avec l'iPhone d'Apple.

Latitude sera compatible avec le BlackBerry de Research In Motion et les appareils fonctionnant avec les systèmes d'exploitation Symbian S60, Windows Mobile de Microsoft ou quelques téléphones mobiles T-1 dotés du logiciel Android de Google.

L'application pourrait ultérieurement fonctionner avec l'iPhone et l'iTouch de la firme à la pomme et les appareils de Sony Ericsson.

Ajay Kamalakaran, version française Catherine Mallebay-Vacqueur

 
<p>Le premier moteur mondial de recherche sur internet, Google, a d&eacute;voil&eacute; mercredi un logiciel permettant aux utilisateurs de t&eacute;l&eacute;phones portables et autres appareils sans fil d'indiquer automatiquement &agrave; leur entourage o&ugrave; ils se trouvent. /Photo d'archives/REUTERS/Jo Yong-Hak</p>