Panasonic supprime 15.000 emplois

mercredi 4 février 2009 12h57
 

TOKYO (Reuters) - Panasonic avertit d'une perte annuelle de 380 milliards de yens (3,3 milliards d'euros) sur l'exercice fiscal qui sera clos fin mars, le numéro un mondial des téléviseurs à écrans plasma subissant la baisse de la demande mondiale et l'affermissement du yen.

Ce sera la première perte nette annuelle affichée par le groupe japonais, qui a aussi annoncé la suppression de 15.000 emplois, soit environ 5% de ses effectifs, et la fermeture de 27 usines d'ici fin mars.

Le groupe prévoit aussi de fermer un nombre à peu près équivalent de sites au cours de l'exercice 2009-2010. Il a en outre décidé de repousser de six mois, à juillet 2010, la mise en service de sa nouvelle usine de panneaux à cristaux liquides, dans le sud du Japon.

Les postes supprimés, pour moitié au Japon, concerneront aussi bien des salariés en contrats à durée indéterminée et à plein temps que des contractuels.

Panasonic a également annoncé qu'il réduisait d'un tiers sa prévision de dividende annuel, ramenée à 30 yens par action.

Ses concurrents Sony, Toshiba et Hitachi sont tous également confrontés à de lourdes pertes et ont pris des mesures de restructuration.

RECUL GÉNÉRALISÉ DES VENTES

Le yen est remonté à ses plus hauts de 13 ans contre le dollar, ce qui pénalise tous les groupes japonais tournés vers l'exportation et amoindri leurs résultats réalisés à l'étranger une fois convertis en yens.

L'effet de change rend notamment les groupes d'électronique, qui fondaient de grands espoirs sur les écrans plats, moins compétitifs que leurs concurrents coréens comme Samsung Electronics, favorisés par un won affaibli.   Suite...

 
<p>Panasonic pr&eacute;voit de fermer 27 usines et de supprimer 15.000 postes, sur un total de 300.000. Le num&eacute;ro un mondial des t&eacute;l&eacute;viseurs &agrave; &eacute;crans plasma, annonce qu'il pourrait afficher une perte annuelle de 380 milliards de yens sur l'exercice 2008-2009. /Photo prise le 4 f&eacute;vrier 2009/REUTERS/Yuriko Nakao</p>