La crise, une aubaine pour le jeu en ligne asiatique

lundi 2 février 2009 23h32
 

par Rhee So-eui et Jennifer Martinez

SÉOUL/SAN FRANCISCO (Reuters) - Alors que la récession se propage au monde entier, les sociétés asiatiques de jeux en ligne espèrent que ceux qui veulent se divertir à bas prix, dont beaucoup de nouveaux chômeurs, soutiendront leur expansion sur les marchés occidentaux.

Les jeux en ligne qui permettent à des milliers de joueurs de s'affronter ou de coopérer sur internet, sont très populaires en Chine, en Corée du Sud et dans d'autres pays d'Asie.

De gros calibres tels que "World of Warcraft" (WoW) de Blizzard Entertainment, une filiale de Vivendi, ou encore la franchise "Lineage" du sud-coréen NCSoft ont séduit des millions d'utilisateurs dans la région.

Les analystes estiment que le marché du jeu en ligne est cinq fois plus petit que celui du jeu vidéo. Selon les prévisions du cabinet spécialisé DFC Intelligence, le chiffre d'affaires des jeux sur PC devrait atteindre 19 milliards de dollars d'ici 2013.

Le développement de l'accès à l'internet haut débit et une culture du jeu développée autour des cafés internet ont permis à ce marché de prospérer en Asie. En Amérique du Nord et en Europe, les jeux en ligne n'ont pas connu un tel succès, à l'exception notable de WoW, ce qui s'explique largement par une pénétration plus faible du haut débit et des différences culturelles.

Aujourd'hui, la récession économique pourrait réussir là où des années de marketing ont échoué, estiment développeurs et éditeurs.

"Pendant les périodes de récession économique, les gens cherchent un retour sur investissement maximum. Les jeux en ligne offrent un monde virtuel à ceux qui cherchent à s'évader, à oublier leurs difficultés quotidiennes", a expliqué Lan Hoang, P-DG d'Aeria Games & Entertainment, qui propose des jeux asiatiques sur les marchés européens et américain.

Bien de jeux en ligne asiatiques sont gratuits et génèrent des revenus grâce à des micro-transactions permettant d'améliorer son personnage ou de transformer en partie le contenu du jeu. D'autres fonctionnent avec un abonnement mensuel d'une vingtaine de dollars en moyenne.   Suite...

 
<p>Alors que la r&eacute;cession se propage au monde entier, les soci&eacute;t&eacute;s asiatiques de jeux en ligne esp&egrave;rent que ceux qui veulent se divertir &agrave; bas prix, dont beaucoup de nouveaux ch&ocirc;meurs, soutiendront leur expansion sur les march&eacute;s occidentaux. /Photo d'archives/REUTERS/Arko Datta (INDIA)</p>