29 janvier 2009 / 06:47 / il y a 9 ans

Thomson chute en Bourse après l'"opération vérité" sur sa dette

par Nathalie Meistermann

PARIS (Reuters) - L'action Thomson chute en Bourse après l'opération vérité sur sa dette, le groupe ayant annoncé le non respect probable de la clause conventionnelle attachée à certains financements et la cession d'actifs représentant un milliard d'euros de chiffre d'affaires.

"C'est une opération vérité pour le groupe, ses actionnaires, ses salariés et le marché," a déclaré Frédéric Rose, le directeur général du groupe d'équipement pour le cinéma, la télévision et la publicité, lors d'une conférence téléphonique.

Vers 11h30, l'action du groupe portée ces derniers temps par l'éventualité d'un soutien de l'Etat via le Fonds stratégique souverain, cédait 17,62% à 1,0750 euro. En 2008, le titre a perdu 90% de sa valeur.

L'annonce de l'ouverture de négociations avec les créanciers afin de faire face à l'alourdissement de la dette à 2,1 milliards en fin d'exercice, contre 1,3 milliards à la fin juin est interprétée diversement par les analystes.

Fortis qualifie de "critique" la situation de Thomson en insistant sur le fait que "les solutions avec les partenaires financiers restent à trouver" et que "le plan stratégique sera difficile à mettre en oeuvre".

NÉGOCIATIONS EN COURS

Dans le même esprit, un analyste parisien estime que cette annonce "signifie que la négociation n'est pas achevée avec les banques et qu'ils n'ont pas encore trouvé d'acheteurs"."Ils ne sont pas sortis du trou. L'action pourrait retomber à 80 cents", estime cet expert.

A l'inverse, Oddo Securities met en avant le fait que "la faillite devrait être évitée" et qu'"une solution de refinancement pourrait être annoncée" lors des résultats le 10 mars prochain.

Le courtier souligne que l'aggravation de la dette résulte d'une décision du groupe "de relâcher l'étau sur le cash" notamment en réduisant les délais de paiements de ses fournisseurs et qu'il s'agit "de changements voulus et non subis".

Thomson a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi l'ouverture de discussions avec ses créditeurs en raison du dépassement "vraisemblable" du critère de ratio dette nette sur capitaux propres inférieur à 100% attaché à certains contrats de financement. Selon Oddo, le groupe terminerait 2008 avec un gearing de 135%.

L'ouverture des discussions avec "les obligataires concernés" vise à "éviter qu'ils ne décident de provoquer la déchéance du terme de ces emprunts, laquelle pourrait par ricochet entraîner la déchéance du terme de l'essentiel de la dette non subordonnée du groupe", selon le communiqué.

"Il n'est pas possible à ce stade de prévoir l'issue du processus de discussion qui s'engage", poursuit le groupe.

Frédéric Rose a expliqué qu'il travaillait "à une solution globale qui passe aussi bien par la partie equity que par la partie passif créditeurs". Il a confirmé négocier avec des "acteurs privés et publics pour renforcer nos fonds propres" en répétant qu'une intervention du Fonds stratégique souverain était "une des options qui sont poursuivies".

CA EN BAISSE DE 8% À CHANGES CONSTANTS

Avec 800 millions de trésorerie à la fin 2008, "nous avons un niveau de liquidités adéquat pour financer nos activités mais la restructuration de notre bilan est un préalable nécessaire à la mise en oeuvre de notre nouvelle stratégie", a précisé Frédéric Rose.

Parallèlement, le groupe a annoncé la vente "d'activités non stratégiques", dont la société d'équipements de cinéma Grass Valley et la régie publicitaire dans le cadre d'un plan de recentrage sur "les services créateurs de contenus".

Le groupe entend aussi céder sa participation de 50% dans la régie publicitaire de salles de cinéma Screenvision, a indiqué Frédéric Rose.

Natixis fait valoir que "dans les conditions de marché actuelles, il sera difficile toutefois de trouver rapidement un acheteur à bon prix". Selon le courtier, ces activités représentent 20% des ventes pour "une marge proche de zéro".

Le groupe a déjà reçu "un certain nombre d'expressions d'intérêt" pour ces actifs, a indiqué le directeur financier, Stéphane Rougeot, lors de la conférence téléphonique.

Thomson a également annoncé un chiffre d'affaires non audité pour le quatrième trimestre 2008 de 1,468 milliard d'euros, soit une baisse de 8,2% à taux de change constants.

En octobre, le groupe s'est engagé à restructurer ou vendre ses activités déficitaires pour doper ses bénéfices, générer du cash et réduire sa dette. Fin 2008, il avait annoncé l'arrêt de ses activités de téléphonie résidentielle en Amérique du Nord qui accusaient une perte de 20 millions d'euros sur l'exercice.

Nathalie Meistermann, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below