28 janvier 2009 / 13:44 / dans 9 ans

STMicro anticipe une baisse de 25% du marché en 2009

<p>Carlo Bozotti, pr&eacute;sident de STMicroelectronics. Le fabricant franco-italien de semi-conducteurs va appliquer un plan d'&eacute;conomies de 700 millions de dollars en 2009 comprenant 4.500 suppressions de postes, soit 10% de ses effectifs, pour faire face &agrave; une baisse anticip&eacute;e du march&eacute; d'environ 25% sur l'ann&eacute;e. /Photo prise le 20 ao&ucirc;t 2008/REUTERS/Suzanne Plunkett</p>

par Nathalie Meistermann

PARIS (Reuters) - STMicroelectronics annonce un plan d’économies de 700 millions de dollars en 2009 comprenant 4.500 suppressions de postes, soit 10% de ses effectifs, pour faire face à une baisse anticipée du marché d‘environ 25% sur l‘année.

“Les analystes du secteur prévoient en moyenne une baisse d‘environ 20% du marché en 2009 (...) Personnellement, je pense que cela pourrait être plus, entre 25% et 30%, peut être 25%”, a déclaré le président du fabricant franco-italien de semi-conducteurs, Carlo Bozotti, lors d‘une conférence téléphonique.

Au premier trimestre, la baisse des ventes pourrait atteindre près de 40% et être assortie d‘une vive dégradation de la rentabilité.

Vers 14h00 mercredi, l‘action progressait de 0,4% à 4,3070 euros - au lendemain d‘une hausse de 3% - sous-performant l‘indice européen des technologiques qui était en progrès de 3,81% au même moment.

UBS a réduit, de son côté, son objectif de cours de 4,10 à 3,7 euros tout en maintenant sa recommandation d‘achat.

JPMorgan (neutre sur la valeur) met en avant “l‘objectif très faible pour le premier trimestre et notamment l‘effondrement très préoccupant de la marge brute”.

ÉCONOMIES SUPPLÉMENTAIRES POSSIBLES

Le courtier juge le plan d’économies “positif” mais estime que “des réductions de coûts plus agressives pourraient s‘avérer nécessaires”.

Lors d‘une conférence de presse, Carlo Bozotti a précisé que sans changement de tendance d‘ici deux mois, le groupe se réservait la possibilité de prendre des mesures d’économies supplémentaires.

Pour l‘heure, le plan de 700 millions, conjugué aux mesures d’économies qui seront décidées au sein de la co-entreprise avec Ericsson, est suffisant pour assurer la rentabilité de la société, a-t-il dit.

Au-delà de 2009, les économies annuelles dégagées par le plan seront supérieures de 15%, a précisé le directeur financier du groupe Carlo Ferro tout en soulignant la solidité du bilan financier de la société qui n‘a pas d’échéance significative de remboursement de dettes avant 2011.

Pour le premier trimestre 2009, STM prévoit un chiffre d‘affaires “compris entre 1,5 et 1,85 milliard de dollars”, en-deçà du consensus de 1,89 milliard. La marge brute devrait “tomber à un niveau extraordinairement bas”, selon le communiqué du groupe.

Elle se “situerait entre la valeur moyenne et haute d‘une fourchette comprise entre 20% et 29% du chiffre d‘affaires” contre 37,5% au dernier trimestre 2009.

“Le premier trimestre est particulièrement faible en Asie, la Chine est extrêmement faible”, a prévenu Carlo Bozzoti.

Dans ce contexte, le taux d‘utilisation des capacités de ses usines devrait tomber à “50% ou moins” tant au premier qu‘au deuxième trimestre 2009. Sur l‘exercice, le groupe prévoit de diviser par deux ses investissements à 500 millions de dollars.

PRIORITÉ À LA PART DE MARCHÉ

“Nous avons trois priorités pour 2009, la première est la part de marché, la deuxième est le cash flow et la troisième est un retour aux bénéfices le plus tôt possible”, a expliqué Carlo Bozotti.

Il a indiqué ne pas avoir pris de décision sur le montant du dividende au titre de 2008 dont le montant sera arrêté avant l‘assemblée générale. Le groupe prévoit en 2009 de passer pour environ 1,15 milliard de dollars de dépréciations dans ses comptes.

En 2008, sa part de marché a avoisiné 6,7%, un record historique pour la société confrontée à un “retournement majeur” de la demande dans les dernières semaines de novembre, a-t-il fait valoir.

Les résultats du dernier trimestre se sont ainsi avérés inférieurs aux attentes avec une “faiblesse significative dans la plupart des régions et des segments du marché (...) tout particulièrement l‘automobile, les communications sans fil et les périphériques informatiques”.

Au quatrième trimestre, le groupe a fait état d‘une perte nette de 366 millions de dollars (277 millions d‘euros) contre un bénéfice net de 20 millions de dollars un an plus tôt.

Hors charges exceptionnelles, comprenant des coûts de restructuration et des dépréciations d‘actifs, la perte atteint 57 millions, soit 6 cents par action, contre un bénéfice de 255 millions, 27 cents par action, un an plus tôt.

Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice de 4 cents par action.

Le chiffre d‘affaires ressort à 2,276 milliards de dollars, en baisse de 17% sur un an.

Nathalie Meistermann, édité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below