L'électronique japonaise dans une mauvaise passe, sauf Nintendo

mardi 27 janvier 2009 13h25
 

par Kiyoshi Takenaka

TOKYO (Reuters) - Les principaux groupes japonais d'électronique, comme Sony et Canon, devraient annoncer au cours des prochains jours de fortes baisses de leurs bénéfices, conséquence de la récession mondiale et de l'appréciation continue du yen.

Celui-ci a atteint récemment ses plus hauts niveaux depuis 13 ans face aux autres grandes devises, ce qui a accentué les difficultés des exportateurs nippons, alors même que leurs concurrents sud-coréens, comme Samsung Electronics, bénéficient de la baisse du won.

"La dégradation du climat des affaires dans le secteur électronique japonais pourrait se révéler plus forte encore que pendant l'éclatement de la bulle des 'dot-com' au début des années 2000, à cause du double effet de la baisse de la demande et de l'appréciation du yen", estime Standard & Poor's.

Pour Eric Lee, analyste chez Barclays Capital Japan, "les groupes coréens sont bien mieux placés en termes de taux de change et ils semblent avoir surperformé leurs concurrents japonais dans les téléviseurs LCD".

"Pourtant, leurs résultats ne sont pas aussi bons que cela, ce qui souligne le risque de révision à la baisse des consensus pour les japonais."

Samsung a publié la semaine dernière la première perte trimestrielle de son histoire et LG Electronics a publié une perte trimestrielle record, imputée à une demande anémique et à la baisse des prix.

Dans ce paysage morose, Nintendo devrait faire figure d'exception, grâce au succès non démenti de ses consoles de jeu vidéo Wii et DS.

NINTENDO À CONTRE-COURANT   Suite...

 
<p>Les principaux groupes japonais d'&eacute;lectronique, comme Sony et Canon, devraient annoncer au cours des prochains jours de fortes baisses de leurs b&eacute;n&eacute;fices, cons&eacute;quence de la r&eacute;cession mondiale et de l'appr&eacute;ciation continue du yen ; mais dans ce paysage morose, Nintendo devrait faire figure d'exception, gr&acirc;ce au succ&egrave;s non d&eacute;menti de ses consoles de jeu vid&eacute;o Wii et DS. /Photo d'archives/REUTERS/Yuriko Nakao</p>