16 janvier 2009 / 11:05 / il y a 9 ans

Les ventes de musique numérique en hausse de 25% en 2008

<p>Le kiosque en ligne iTunes d'Apple, principal pourvoyeur de musique num&eacute;rique. Selon la F&eacute;d&eacute;ration internationale de l'industrie du disque, les ventes mondiales de musique d&eacute;mat&eacute;rialis&eacute;e ont fortement grimp&eacute; en 2008 mais restent faibles au regard des t&eacute;l&eacute;chargements ill&eacute;gaux, en d&eacute;pit de la diversit&eacute; des offres. /Photo d'archives/Dino Vournas</p>

par Kate Holton

LONDRES (Reuters) - Les ventes mondiales de musique numérique ont fortement grimpé en 2008 mais restent faibles au regard des téléchargements illégaux, malgré les efforts de l'industrie du disque pour s'adapter à internet et diversifier ses offres.

Selon les données publiées par la Fédération internationale de l'industrie du disque (IFPI), les ventes de musique numérique ont augmenté d'environ 25% en valeur à 3,7 milliards de dollars, représentant 20% des ventes totales de musique contre 15% en 2007.

Cette forte croissance a cependant ralenti - les ventes de musique numérique avaient grimpé de plus de 30% en 2007 - et le marché de la musique devrait s'être contracté de 7% en 2008, contre 8% en 2007, le piratage ayant pesé sur le chiffre d'affaires des ventes traditionnelles.

Le rapport de l'IFPI indique qu'environ 95% de la musique téléchargée en 2008, soit plus de 40 milliards de titres, l'a été illégalement et sans payer.

Pour tenter d'enrayer le phénomène, l'industrie du disque a lancé de nouveaux services renouvelant les moyens de vendre de la musique, via des abonnements à un service de téléphonie mobile ou à un fournisseur d'accès à internet par exemple.

Elle a aussi demandé aux fournisseurs d'accès à internet de l'aider à lutter contre les violations massives du droit d'auteur sur leurs réseaux et pense avoir commencé à convaincre les gouvernements que ne rien faire n'était pas une option.

"L'industrie de la musique enregistrée se réinvente et réinvente ses stratégies d'entreprise", a expliqué le P-DG de l'IFPI, John Kennedy, dans le rapport.

"Les maisons de disque ont complètement changé l'approche de leur activité, réorganisé leur fonctionnement et répondu aux changements des modes de distribution et de consommation de la musique", écrit Kennedy.

Les groupes de téléphonie mobile et les opérateurs se sont ces dernières années intéressés aux offres couplant musique et services traditionnels, qui ouvrent de nouveaux horizons aux maisons de disques.

Ainsi Nokia, le numéro un mondial des fabricants de combinés, a lancé en 2008 en Grande-Bretagne un modèle vendu avec une offre de musique illimitée, pour tenter de concurrencer l'iPhone d'Apple.

De leurs côtés, les services financés par la publicité décollent et le site communautaire MySpace propose aujourd'hui l'une des offres les plus prometteuses après avoir conclu des accords avec les quatre principales maisons de disque.

Les téléchargements de chansons ont augmenté de 24% à 1,4 milliards d'unités en 2008, tandis que les téléchargements d'albums ont progressé de 36%.

"C'est une toute nouvelle activité et je ne serai pas satisfait tant qu'elle ne sera pas plus importante qu'elle n'a jamais été et je pense que c'est quelque chose que nous pouvons réussir dans les cinq prochaines années", a déclaré Rob Wells, vice-président sénior de l'activité numérique chez Universal Music Group, lors d'une conférence téléphonique.

Kate Holton, version française Mathilde Gardin

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below