Sony Ericsson livre une perte trimestrielle, réduit ses coûts

vendredi 16 janvier 2009 11h38
 

STOCKHOLM (Reuters) - Sony Ericsson annonce un plan de réduction des coûts en réaction à la chute plus marquée que prévu de ses résultats au titre du quatrième trimestre 2008, d'autant qu'il estime que le marché des téléphones portables risque de se contracter en 2009.

La perte imposable lors des trois derniers mois de l'exercice 2008 s'est établie à 261 millions d'euros, alors que les analystes interrogés par Reuters tablaient sur une perte de 72 millions d'euros.

Un an auparavant, la coentreprise d'Ericsson et Sony avait dégagé un 501 millions d'euros de bénéfices.

La perte d'exploitation avant charges de restructuration s'est élevée à 133 millions d'euros contre un bénéfice opérationnel de 489 millions d'euros un an auparavant.

Le groupe, qui prévoyait déjà de réaliser 300 millions d'euros d'économies annuelles, a annoncé qu'il allait réduire ses coûts de 180 millions d'euros supplémentaires.

Selon Sony Ericsson, le marché mondial des combinés mobiles a progressé de près de 6% en 2008 à près de 1,19 milliard d'unités. Le groupe anticipait auparavant une croissance de l'ordre de 10%.

Le président de Sony Ericsson Dick Komiyama a indiqué qu'il anticipait une contraction du marché mondial des téléphones mobiles de plus de 5%.

Il a également indiqué que le groupe allait accentuer sa présence sur le marché haut de gamme et sur les smartphones.

Au quatrième trimestre, le prix moyen de vente est ressorti à 121 euros contre une prévision à 110 euros. Un an auparavant, il s'était inscrit à 123 euros.   Suite...

 
<p>Le combin&eacute; Cybershot C905 de Sony Ericsson. Sony Ericsson a enregistr&eacute; une perte de 261 millions d'euros - plus marqu&eacute;e que pr&eacute;vu - au titre du quatri&egrave;me trimestre 2008. Le fabricant de t&eacute;l&eacute;phones mobiles, qui craint une poursuite de la d&eacute;t&eacute;rioration des conditions du march&eacute;, va mettre en place un nouveau plan d'&eacute;conomies. /Photo prise le 7 janvier 2009/REUTERS/Steve Marcus</p>