Entente présumée dans les puces, STMicro perquisitionné

mercredi 7 janvier 2009 13h43
 

BRUXELLES (Reuters) - L'Union européenne a mené des perquisitions chez plusieurs fabricants de puces pour cartes électroniques dans des pays de l'UE au mois d'octobre car elle les soupçonne d'avoir constitué un cartel, déclare la Commission européenne.

"La Commission européenne confirme que le 21 octobre 2008, des responsables de la Commission ont procédé à des inspections inopinées dans les locaux de plusieurs fabricants de puces pour cartes électroniques dans plusieurs Etats membres", déclare l'exécutif européen dans un communiqué.

Elle n'a pas donné les noms des entreprises visées.

Le franco-italien STMicroelectronics, l'allemand Infineon, le néerlandais NXP et le japonais Renesas Technology ont dit avoir fait l'objet de ces perquisitions.

"Oui, nous avons été l'objet d'une perquisition en octobre", a dit un porte-parole de STMicro. "Nous avons eu la visite de la Commission européenne concernant l'enquête, mais ceci en est au tout début et nous n'avons reçu aucune notification de plainte depuis."

La perquisition en octobre a aussi été confirmée par un porte-parole d'Infineon, qui a précisé que le groupe coopérait avec la Commission.

NXP a été scindé de Philips Electronics et cédé à un consortium de capital-investissement qui comprend KKR.

Renesas est une coentreprise entre Hitachi et Mitsubishi Electric.

Les puces sont utilisées pour la fabrication de cartes SIM pour les téléphones, de cartes bancaires et de cartes d'identité.

La Commission, qui veille au respect des règles de la concurrence au sein des Vingt-Sept, a précisé que ces perquisitions ne préjugeaient pas du résultat de l'enquête.

Dominique Rodriguez

 
<p>L'Union europ&eacute;enne a men&eacute; au mois d'octobre des perquisitions chez plusieurs fabricants de puces pour cartes &eacute;lectroniques, dont STMicroelectronics et l'allemand Infineon car elle les soup&ccedil;onne d'avoir constitu&eacute; un cartel. /Photo d'archives/REUTERS/Jagadeesh</p>