Le DG d'Apple, Steve Jobs, veut rassurer sur sa santé

lundi 5 janvier 2009 18h47
 

par Sinead Carew

NEW YORK (Reuters) - Steve Jobs, le directeur général d'Apple, a voulu mettre un terme aux spéculations sur son état de santé en expliquant que sa perte de poids était due à un déséquilibre hormonal relativement facile à traiter.

Jobs, opéré d'un cancer du pancréas en 2004, a précisé qu'il conserverait ses fonctions de directeur général durant sa convalescence. Ses médecins estiment qu'il aura retrouvé son poids d'ici la fin du printemps.

"Je serai le premier à intervenir et à en informer notre conseil d'administration si je ne suis plus en mesure d'assumer mes responsabilités de directeur général d'Apple", assure Jobs dans une lettre qui rompt le silence qu'il observait depuis plusieurs mois sur son état de santé.

RUMEURS

L'annonce en décembre de l'absence du fondateur d'Apple à l'ouverture du salon Macworld qui se tient cette semaine à San Francisco avait relancé les spéculations sur son état de santé. Les premières rumeurs avaient commencé à circuler en juin 2008. Il était alors apparu amaigri lors d'une manifestation organisée par Apple.

Pour beaucoup, Jobs est derrière la plupart des produits lancés avec succès par le groupe comme les ordinateurs Macintosh, le téléphone portable iPhone ou le baladeur numérique iPod.

Jobs reconnaît avoir perdu du poids tout au long de l'année 2008 et explique que ses médecins ont diagnostiqué un déséquilibre hormonal. Ce "problème nutritionnel" peut être soigné de manière "relativement simple et directe", précise Jobs, qui ajoute avoir commencé un traitement.

Les investisseurs, inquiets de l'état de santé du patron d'Apple et du manque d'explications claires du groupe, ont accueilli ses explications avec soulagement.   Suite...

 
<p>Steve Jobs, le directeur g&eacute;n&eacute;ral d'Apple, fait savoir dans une lettre qu'il avait commenc&eacute; &agrave; prendre un traitement pour soigner un d&eacute;s&eacute;quilibre hormonal qui lui a fait perdre du poids en 2008 mais il pr&eacute;cise qu'il conservera ses fonctions. /Photo prise le 9 septembre 2008/REUTERS/Robert Galbraith</p>