Panasonic lance une offre de 9 milliards de dollars sur Sanyo

vendredi 19 décembre 2008 18h52
 

TOKYO (Reuters) - Panasonic annonce le lancement d'une OPA de neuf milliards de dollars (6,45 milliards d'euros) sur son concurrent Sanyo qui devrait lui permettre de devenir le numéro deux japonais de l'électronique derrière Hitachi.

Panasonic est le numéro un mondial des téléviseurs à écrans plasma et Sanyo, le numéro un des piles rechargeables. Mariés, les deux groupes réaliseront un chiffre d'affaires annuel de 120 milliards de dollars.

L'offre, de 131 yens par action, correspond à une décote de 4% par rapport au cours de clôture de Sanyo vendredi.

Panasonic a précisé qu'il dépenserait au moins 4,5 milliards de dollars pour prendre le contrôle de son concurrent Sanyo Electric, ce qui signifie qu'il pourrait se contenter d'une majorité simple au sein de sa cible.

La Banque Goldman Sachs a déjà annoncé qu'elle apporterait ses actions, tandis que les deux autres grands actionnaires de Sanyo, Sumitomo Mitsui Banking et Daiwa Securities envisagent l'opération de façon positive.

Goldman, Daiwa et Sumimoto Mitsui disposent à elles trois de 430 millions d'actions préférentielles de Sanyo qui vont pouvoir être converties en actions ordinaires en mars.

Une fois leurs titres convertis, les trois banques détiendront 70% de Sanyo (29% chacun pour Goldman et Daiwa et 12% pour Sumitomo).

Goldman avait auparavant refusé une première offre de Panasonic à 120 yens, puis une deuxième à 130 yens. Depuis, la banque new-yorkaise a publié sa première perte depuis 1999, année de sa cotation, tandis que le secteur de l'électronique fait face à une érosion des ventes et la dernière offre de Panasonic lui est dès lors apparue comme une opportunité à saisir.

SANYO RESTERA COTÉ   Suite...

 
<p>Panasonic va d&eacute;penser au moins 4,5 milliards de dollars pour prendre le contr&ocirc;le de son concurrent Sanyo Electric et devenir le num&eacute;ro deux japonais de l'&eacute;lectronique, derri&egrave;re Hitachi. /Photo prise le 27 novembre 2008/REUTERS/Issei Kato</p>