L'économie et le dollar plombent les ventes d'Oracle

vendredi 19 décembre 2008 08h01
 

BOSTON (Reuters) - Le géant américain des progiciels Oracle a fait état jeudi soir d'un bénéfice trimestriel conforme aux attentes mais accusé sur la période une forte baisse de ses ventes de nouveaux logiciels, le ralentissement de l'économie pesant sur la demande tandis que la hausse du dollar a affecté son chiffre d'affaires hors des États-Unis.

"Il s'en tire relativement bien dans le contexte du ralentissement actuel, mais il n'est pas pour autant immunisé contre lui", commente Jeff Gaggin, analyste chez Avian Securities.

En après-Bourse l'action gagnait 2,6% à 17,05 dollars.

Le bénéfice net du troisième éditeur mondial de logiciels est ressorti sur le trimestre clos au 30 novembre, le deuxième de l'exercice, à 1,296 milliard de dollars, soit 25 cents par action, contre 1,303 milliard (25 également) un an plus tôt.

Hors exceptionnels, le BPA se chiffre à 34 cents, un résultat conforme au consensus des analystes interrogés par Reuters Estimates.

En revanche, le revenu des nouvelles licences de logiciels a baissé de 3% sur un an, à 1,6 milliard de dollars. Les analystes anticipaient 1,66 milliard de dollars.

Oracle a précisé que la hausse du dollar avait amputé son bénéfice par action hors exceptionnels de trois cents, et la croissance du revenu des logiciels de huit points de pourcentage.

Pour le troisième trimestre de l'exercice, le directeur financier du groupe a dit prévoir un revenu des licences de logiciels au mieux stable, et au pire en baisse de 10%.

Jim Finkle, version française Gilles Guillaume

 
<p>Larry Ellison, le patron d'Oracle. Le g&eacute;ant am&eacute;ricain des progiciels Oracle a r&eacute;alis&eacute; un b&eacute;n&eacute;fice trimestriel conforme aux attentes au cours du trimestre clos au 30 novembre, le deuxi&egrave;me de l'exercice, &agrave; 1,296 milliard de dollars. Le groupe a cependant accus&eacute; sur la p&eacute;riode une forte baisse de ses ventes de nouveaux logiciels, le ralentissement de l'&eacute;conomie pesant sur la demande cependant que la hausse du dollar a affect&eacute; son chiffre d'affaires hors des &Eacute;tats-Unis. /Photo prise le 24 septembre 2008/REUTERS/Robert Galbraith</p>