16 décembre 2008 / 13:34 / dans 9 ans

Création d'un comité de pilotage pour favoriser la fibre optique

<p>Un comit&eacute; de pilotage a &eacute;t&eacute; mis en place pour tester et &eacute;valuer les modalit&eacute;s de la mutualisation des r&eacute;seaux en fibre optique. Six op&eacute;rateurs - Orange, SFR, Free, Num&eacute;ricable, Seaqualum et Axione - se sont engag&eacute;s &agrave; participer &agrave; ce comit&eacute;, anim&eacute; par l'Autorit&eacute; des t&eacute;l&eacute;coms (Arcep). /Photo d'archives/REUTERS/Altaf Hussain</p>

PARIS (Reuters) - Le secrétaire d‘Etat à l’économie numérique Eric Besson annonce la création d‘un comité de pilotage réunissant les opérateurs de télécoms et chargé de tester et d’évaluer les modalités de la mutualisation des réseaux en fibre optique.

Six opérateurs - Orange, SFR, Free, Numéricable, Seaqualum et Axione - se sont engagés à participer à ce comité, animé par l‘Autorité des télécoms (Arcep), ainsi qu‘aux expérimentations qui seront menées.

“L‘enjeu est de favoriser le déploiement en fixant des règles de mutualisation claires”, a déclaré Eric Besson lors d‘un point de presse.

Le comité, qui rendra ses conclusions avant le 31 mars 2009, devra notamment trancher entre la technologie monofibre défendue par Orange et la solution multifibres prônée par Free pour la partie terminale du réseau qui va de la rue à l‘abonné.

Afin d‘accélérer le déploiement de la fibre optique, le principe de la mutualisation de la partie terminale a été posé par la Loi de Modernisation de l‘Economie (LME) d‘août 2008.

Les opérateurs participant au comité se sont en outre engagés, si l‘un des modèles était privilégié, à ne pas remettre en cause les déploiements déjà réalisés.

Frank Esser, le président de SFR et Yves Parfait, directeur de projet fibre chez Orange, se sont félicités lors du point de presse de “cette démarche pragmatique”.

UN INVESTISSEMENT DE 10 MILLIARDS D‘EUROS SUR DIX ANS

Pierre Danon, président du cablo-opérateur Numéricable, qui a rejoint ce mardi l‘accord d‘expérimentation signé en septembre par SFR et Orange, a loué le “concept d‘expérimentation rapide”.

Maxime Lombardini, le directeur général de Free, s‘est, quant à lui, réjouit du fait que l‘expérimentation se fasse “sous l’égide de l‘Arcep”.

“Le déploiement de la fibre optique en France doit être un des éléments de la relance économique, de la relance par l‘investissement dont nous avons besoin”, a plaidé mardi Eric Besson en rappelant que l‘investissement nécessaire est estimé à 10 milliards sur dix ans.

Interrogé sur l‘absence d‘investissements publics dans ce chantier, Eric Besson a estimé que “l‘investissement public pourrait relayer l‘investissement privé lorsqu‘il sera arrivé au bout de ses possibilités”.

“Ne définissons pas a priori jusqu‘où ira le potentiel de développement de l‘investissement privé”, a-t-il dit.

Pour l‘heure, 150.000 foyers français sont effectivement raccordés à la fibre optique - dont 100.000 via le réseau câblé de Numéricable - alors que trois millions de foyers sont potentiellement raccordables puisque la fibre arrive dans leur rue.

La fibre optique procure un très haut débit allant de 50 mégabits par seconde à plusieurs gigabits contre 24 mégabits maximum pour l‘ADSL.

A fin septembre 2008, la France comptait 17,1 millions d‘abonnés au haut débit dont 16,3 millions par ADSL. Le gouvernement s‘est fixé pour objectif de raccorder au moins 4 millions de foyers au très haut débit d‘ici 2012.

Nathalie Meistermann, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below