Alcatel-Lucent, pessimiste pour 2009-2010, ajuste ses coûts

vendredi 12 décembre 2008 19h48
 

par Nathalie Meistermann

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent a annoncé un plan de recentrage assorti de nouvelles réductions de coûts et d'objectifs de rentabilité inférieurs au consensus, fondés sur une vision pessimiste du marché des télécoms en 2009 et 2010.

Le troisième équipementier télécoms mondial prévoit une contraction du marché de 8% à 12% l'an prochain, quand Nokia Siemens Networks anticipe une réduction de 5% seulement et Ericsson, un marché étale.

Le directeur général, Ben Verwaayen, a ajouté à la morosité ambiante en prédisant lors d'une conférence de presse que le marché en 2010 ne serait pas "significativement meilleur" qu'en 2009.

Dans ce contexte morose, l'anticipation d'une part de marché stable et d'un résultat d'exploitation ajusté tout juste à l'équilibre l'an prochain a déçu les attentes des analystes, qui tablaient sur une marge opérationnelle aux alentours de 3%. Le directeur financier, Paul Tufano, a en outre prévenu qu'il serait "très difficile" de dégager un free cash-flow en 2009.

Ces prévisions pèsent sur l'action, réservée en baisse à l'ouverture et qui a fini en repli de 11,71% à 1,6360 euro, contre un recul de seulement 2,3% pour l'indice européen des télécoms.

Depuis janvier, le titre accuse une chute de 68% (après -55% en 2007) alors que son indice de référence cède 37%.

UN AVERTISSEMENT DE FACTO POUR 2009

"Leur annonce est de l'ordre du profit warning. Face au consensus qui tablait sur un marché stable en 2009 et 2010, ils anticipent une baisse de 8% à 12%. Le consensus va fortement baisser", a observé Vincent Rech, analyste à la Société Générale.   Suite...

 
<p>Le nouveau directeur g&eacute;n&eacute;ral d'Alcatel-Lucent, Ben Verwaayen. L'&eacute;quipementier t&eacute;l&eacute;coms a annonc&eacute; vendredi un plan de recentrage assorti de nouvelles r&eacute;ductions de co&ucirc;ts et d'objectifs de rentabilit&eacute; inf&eacute;rieurs au consensus, fond&eacute;s sur une hypoth&egrave;se de contraction de 8% &agrave; 12% du march&eacute; des t&eacute;l&eacute;coms en 2009. /Photo prise le 12 d&eacute;cembre 2008/REUTERS/Charles Platiau</p>