9 décembre 2008 / 11:03 / dans 9 ans

Vers une vague de licenciements dans la technologie après Sony

<p>Selon les analystes, les 8.000 suppressions d'emplois chez le japonais Sony pourraient &ecirc;tre l'amorce d'une vague de suppressions de postes dans le secteur technologique si la demande de t&eacute;l&eacute;viseurs, d'ordinateurs et autres produits &eacute;lectroniques venait &agrave; chuter. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann</p>

par Doug Young

TAIPEI (Reuters) - Les suppressions d‘emplois chez le japonais Sony pourraient être l‘amorce d‘une vague de suppressions d‘emplois dans le secteur technologique si la demande de téléviseurs, d‘ordinateurs et autres produits électroniques venait à chuter, estiment les analystes.

Quelques heures avant le plan social massif comprenant 8.000 départs annoncé par Sony, le sud-coréen Samsung Electronics avait annoncé avoir abaissé ses ambitions en matière de ventes, d‘investissements et de profit.

“On n‘aura pas touché le fond au cours des deux ou trois trimestres à venir. Aussi va-t-on sans doute assister dans l‘intervalle à de nouvelles restructurations d‘effectifs”, estime l’économiste de Crédit Suisse Joseph Lau.

La plupart des groupes technologiques qui ont lancé des “profit warnings” ces dernières semaines comme Intel, Infineon, STMicroelectronics et Texas Instruments, ont pour l‘instant évité les licenciements massifs grâce à la mise en place d‘autres mesures d’économies.

Mais plusieurs d‘entre eux pourraient ne plus avoir le choix si la demande pour leurs produits se met à chuter en Europe et aux Etats-Unis.

“S‘il n‘y a pas de reprise de la demande pendant Noël et les congés du Nouvel an chinois, les sociétés technologiques vont devoir s‘interroger sur leur survie. Il y a de grandes chances qu‘elles commencent à licencier pour réduire encore plus leurs coûts”, estime Karen Lin, gérante chez Paradigm Asset Management.

“Ce pourrait être le cas pour les fabricants de puces, notamment ceux qui ont des sites de production, si le taux d‘utilisation de leurs capacités continue de baisser.”

CONGÉS SANS SOLDE

Les fabricants taiwanais de mémoires Dram, en pleine crise, ont commencé à forcer leurs salariés à prendre des congés sans solde ces derniers mois. Leur ont emboîté le bas les deux principaux sous-traitants mondiaux pour la fabrication de semi-conducteurs, TSMC et UMC.

Le géant sud-coréen des mémoires Hynix a lui aussi pris des mesures pour réduire ses coûts, parmi lesquelles également des prises de congés.

Samsung and LG Electronics ont décidé de mettre à l‘arrêt certains de leurs sites plus longtemps qu’à l‘accoutumée en fin d‘année.

Au Japon, certaines sociétés ont remercié leurs employés à temps partiels et parfois, certains employés à temps plein.

“Samsung et LG évitent pour l‘instant les suppressions d‘effectifs et se contentent de mettre leurs salariés en congés de fin d‘année plus longtemps que prévu”, explique Kim Ik-sang, analyste chez HI Investment & Securities à Séoul.

“Cela leur coûterait plus cher s‘il supprimaient des emplois pour tenter ensuite de réembaucher. Les sociétés sud-coréennes ont pour l‘heure la possibilité d‘attendre avant d‘envisager des mesures supplémentaires”, dit-il.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below