Texas Instruments attend une chute de ses ventes au 4e trimestre

mardi 9 décembre 2008 09h01
 

NEW YORK/SAN FRANCISCO (Reuters) - Le géant américain des semi-conducteurs Texas Instruments et son plus petit concurrent National Semiconductor ont tous deux révisé en forte baisse lundi leurs prévisions de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours, bien en dessous du consensus des analystes, la demande en téléphones portables et puces analogiques se trouvant maintenant au point mort.

Deux autres fabricants du secteur, Broadcom et Altera, ont aussi prévenu que la demande était plus faible qu'ils le prévoyaient.

En après-Bourse, l'action TI trébuchait de 5% et le titre National Semi de 7%, les deux groupes ayant dit prévoir une chute spectaculaire de 30% de leurs ventes sur le trimestre en cours, par rapport aux trois mois précédents, alors qu'il s'agit habituellement de la période la plus faste de l'année pour les produits de grande consommation.

Les deux groupes prévoient également de réduire leur production et de fermer temporairement des usines.

TI, spécialisé dans les semi-conducteurs pour téléphones portables, a notamment prévenu qu'il s'attendait maintenant à voir son chiffre d'affaires chuter de jusqu'à 35% sur un an au quatrième trimestre, et d'environ 30% en rythme séquentiel.

Il vise une fourchette de 2,3 à 2,5 milliards de dollars, alors que son objectif précédent se situait entre 2,83 et 3,07 milliards de dollars. Ces prévisions, qui remontaient au 20 octobre, étaient pourtant déjà le fruit d'une révision à la baisse.

Le consensus des analystes interrogés par Reuters Estimates donnait quant à lui 2,89 milliards de dollars.

Sinead Carew et Jennifer Martinez, version française Gilles Guillaume

 
<p>Le g&eacute;ant am&eacute;ricain des semi-conducteurs Texas Instruments et son plus petit concurrent National Semiconductor ont tous deux r&eacute;vis&eacute; en forte baisse lundi leurs pr&eacute;visions de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours, bien en dessous du consensus des analystes, la demande en t&eacute;l&eacute;phones portables et puces analogiques se trouvant maintenant au point mort. /Photo d'archives/REUTERS</p>