Alcatel-Lucent dément vouloir sortir du mobile

jeudi 4 décembre 2008 13h21
 

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent entend rester présent dans la téléphonie mobile et poursuivre ses efforts de recherche et développement malgré la crise, déclare le directeur général du groupe Ben Verwaayen.

L'équipementier télécoms occupe la première place mondiale pour les réseaux fixes mais la troisième place dans le mobile, à l'origine des pertes du groupe en 2007.

Certains analystes, désespérant que le groupe né de la fusion en 2006 entre Alcatel et Lucent réussisse un jour à gagner de l'argent dans ce domaine, plaident pour un abandon pur et simple de ce marché.

"Il n'est pas vrai que nous allons sortir du mobile", a déclaré Ben Verwaayen lors d'une présentation à la presse des innovations du groupe.

"Nous avons dit fort et clair que nous sommes présents dans le fixe, nous sommes présents dans le mobile et dans le reste", a-t-il martelé en défendant implicitement une vision généraliste d'Alcatel-Lucent.

Interrogé sur le sort de la recherche et développement en ces temps de crise financière, il a plaidé pour une poursuite des investissements. "Nous n'allons pas lâcher la clé de notre survie future", a-t-il commenté. "Ne pas faire d'innovation serait comme nous tirer une balle dans la tête".

Ben Verwaayen présentera le 12 décembre "une revue stratégique complète" axée autour d'un allègement du portefeuille de produits afin d'accroître la profitabilité du groupe. L'équipementier franco-américain a vu sa marge d'exploitation tomber à 0,6% en 2007 contre 5,1% en 2006.

"Il n'est pas vrai que nous soyons une entreprise en grande difficulté", a déclaré Ben Verwaayen en refusant de donner la moindre indication sur les tendances du marché où les résultats du groupe au quatrième trimestre. Ces points seront abordés le 12 décembre, a-t-il indiqué.

Nokia, le premier fabricant mondial de mobiles, a indiqué jeudi prévoir un recul de 5% ou plus en euros du marché des infrastructures mobiles, fixes et des services liés l'an prochain.

L'action Alcatel-Lucent accuse une baisse de 67% depuis janvier après une chute de 55% en 2007.

Nathalie Meistermann, édité par Jacques Poznanski

 
<p>Selon Ben Verwaayen, directeur g&eacute;n&eacute;ral d'Alcatel-Lucent, l'&eacute;quipementier t&eacute;l&eacute;coms n'entend pas sortir de la t&eacute;l&eacute;phonie mobile. /Photo prise le 30 octobre 2008/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>