Philips revoit à la baisse ses objectifs face à la crise

jeudi 4 décembre 2008 11h59
 

AMSTERDAM (Reuters) - Philips Electronics annonce qu'il n'atteindra probablement pas son principal objectif d'amélioration de la rentabilité à moyen terme, en raison de la dégradation de la conjoncture sur ses activités grand public et éclairage.

"La baisse (d'activité) actuelle n'a pas d'équivalent récent et est bien plus rapide et profonde que prévu", estime le directeur général du groupe néerlandais, Gerard Kleisterlee, dans un communiqué publié avant une journée consacrée à des analystes.

Philips vise une croissance annuelle moyenne de son chiffre d'affaires de 6% d'ici 2010 et une marge avant impôt, charges financières et amortissement (Ebita) de 10% à 11%.

Des mesures de réduction des coûts et de préservation des marges devraient se traduire par des charges supplémentaires d'environ 110 millions d'euros, portant le montant total des charges de restructuration à 340 millions au quatrième trimestre.

Le titre Philips recule de 0,72% à 13,10 euros à la mi-journée à la Bourse d'Amsterdam alors que l'indice paneuropéen DJStoxx50 gagne 1,8%.

"Cela (l'annonce de Philips) n'est pas inattendu dans ce marché. Cette nouvelle est cependant mauvaise pour les investisseurs", estime Tom Muller, analyste chez Theodoor Gilissen.

"Le doublement de l'Ebita par action reste le principal objectif financier à moyen terme de la société mais, dans les circonstances actuelles, il ne devrait pas être atteint d'ici 2010", explique le groupe néerlandais dans le communiqué.

Philips a précisé être confronté depuis la fin du troisième trimestre à une détérioration des conditions sur ses marchés de la consommation, de la construction et l'automobile, alors que la croissance mondiale ralentit.

Le groupe va en outre inscrire dans ses comptes trimestriels des charges de 1,1 milliard d'euros environ au titre de la dépréciation de ses participations résiduelles dans LG Display et NXP .

NXP, scindé de Philips en 2006 et contrôlé par un consortium incluant le groupe de capital-investissement KKR , a annoncé en septembre son intention de supprimer jusqu'à 4.500 postes, soit 15% de ses effectifs.

Harro ten Wolde et Reed Stevenson, version française Marc Angrand et Stanislas Dembinski

 
<p>Philips Electronics annonce qu'il n'atteindra probablement pas son principal objectif d'am&eacute;lioration de la rentabilit&eacute; &agrave; moyen terme, en raison de la d&eacute;gradation de la conjoncture pour ses activit&eacute;s grand public et &eacute;clairage. /Photo d'archives/REUTERS/Las Vegas Sun/Steve Marcus</p>