2 décembre 2008 / 17:11 / il y a 9 ans

Wavecom s'allie à Sierra Wireless pour échapper à Gemalto

par Julien Ponthus et Baptiste Cordier

PARIS (Reuters) - Le groupe canadien Sierra Wireless annonce un projet d‘offre amicale sur Wavecom au prix de 8,50 euros par action, soit 21% de plus que l‘OPA hostile du fabricant de cartes à puces Gemalto dont le marché doute qu‘il s‘engage dans une bataille boursière.

L‘annonce de la contre-offre de Sierra Wireless a provoqué un vif soulagement des actionnaires minoritaires de Wavecom qui craignaient que la direction du spécialiste des communications sans fil ne fasse échouer l‘offre de Gemalto par des mesures anti OPA plutôt que par une offre concurrente plus attractive.

“C‘est très bien qu‘il y ait une contre-offre, c‘est comme cela qu‘on se défend d‘une offre hostile, pas en pratiquant une politique de la terre brûlée”, a déclaré à Reuters Colette Neuville, présidente de l‘Association des actionnaires minoritaires (ADAM).

Gemalto avait annoncé lundi son intention de renoncer à son offre publique ou d‘en modifier les termes si des mesures anti OPA comme des droits de vote doubles étaient adoptées lors d‘une assemblée générale de Wavecom prévue le 8 décembre et qui a été ajournée a la suite de l‘accord intervenu avec Sierra.

Atout de taille pour Sierra dans une possible bataille avec Gemalto, les fondateurs de Wavecom se sont engagés à lui apporter leurs actions, représentant environ 21% du capital.

L‘action de Wavecom a clôturé à 8,19 euros mardi, soit une prime de risque 3,2% par rapport à l‘offre de Sierra, un niveau relativement élevé pour ce type d‘opération.

INTENTION DE GEMALTO

Des professionnels s‘interrogeaient mardi sur les intentions de Gemalto qui n‘avait pas encore réagi à l‘annonce de la contre-offre de Sierra - offre qui, comme celle de Gemalto, est conditionnée à l‘obtention d‘au moins 50% des titres de Wavecom.

“Ils (Gemalto) ont largement le cash pour acheter, mais on peut penser qu‘ils ne vont pas s‘engager dans une guerre avec Sierra Wireless”, commente un trader.

Le groupe canadien, dont l‘offre valorise Wavecom à environ 218 millions d‘euros, n‘a cependant pas le soutien du comité d‘entreprise de Wavecom qui s’était prononcé en faveur de l‘offre de Gemalto, au grand dam de la direction.

Sierra a néanmoins essayé de rassurer les employés de Wavecom en précisant qu‘il ne comptait pas supprimer d‘emplois.

“Nous n‘avons aucun plan de restructuration du personnel en France et notre vision est de nous concentrer sur les synergies positives de la transaction”, a déclaré le directeur général de Sierra, Jason Cohenour, lors d‘une conférence téléphonique.

Pour les conseils de Wavecom, la contre-offre de Sierra est “presque inespérée”, compte tenu de la crise financière. Ils évoquent aussi une erreur tactique de Gemalto, les offres hostiles étant, selon eux, à la fois inhabituelles et contre-productives dans le secteur de la technologie.

“Il faut être deux pour danser le tango”, déclare Jean-Tardy Joubert, managing director de Merrill Lynch, banque conseil de Wavecom qui a dirigé les recherches et la sélection d‘un chevalier blanc pour la société.

“Les offres hostiles dans ce secteur se finissent mal en général”.

Avec la contribution de Matt Gil, édité par Pascale Denis

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below